Comment la stratégie chinoise d’innovation façonne le “capitalisme vert” mondial


Joël RUET

Chercheur au CNRS (Centre d’Économie de Paris Nord et CRG de l'École polytechnique), président fondateur de The Bridge Tank

Séminaire Management de l'innovation | mercredi 20 février 2019 - 8h45 - 10h45

La percée chinoise dans les technologies environnementales – éolien, solaire, mobilité électrique, batteries et stockage, hydrogène – est le fruit d’une stratégie d’État systémique, fondée sur des outils complémentaires qui se sont raffinés depuis vingt-cinq ans : une politique scientifique d’intégration technologique, définie très en amont ; des politiques industrielles pour attirer et développer les technologies choisies par le régime, créer des avantages et les transmettre à toute la chaîne de valeur (mine, raffinage, matériaux, technologies, systèmes, écosystèmes) ; des réglementations régulièrement révisées pour fixer durablement les entreprises étrangères tout en sinisant progressivement l’écosystème, pour créer, dimensionner et contrôler le marché domestique ; une diplomatie économique et une finance verte pour asseoir un avantage compétitif mondial. La Chine remet ainsi en selle un pan négligé d’économie industrielle, la protection des industries naissantes, et questionne les stratégies classiques d’investissement et d’innovation.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc