• Journal n°132 juillet/août 2018

    Digital, un ami qui vous veut du bien ?

  • Champions cachés, rayonnement et attractivité d'une région

    En 2014, en Normandie, l’État réalise un test : mettre en lumière des champions cachés, c’est-à-dire des entreprises méconnues mais innovantes, exportatrices et créatrices d’emplois, comme Isigny Sainte-Mère, Acome, La Normandise, Tricots Saint James, Degrenne ou Seprolec, afin d’obtenir un effet d’entraînement sur l’ensemble du tissu industriel. Une opération de communication, organisée cette même année, prend la forme d’une visite du préfet dans la zone d’emploi de Vire, qui s’avère être un véritable “village gaulois” de champions cachés. La presse s’en fait l’écho et les administrations découvrent que leurs aides, prêts ou avances remboursables ne correspondent pas à ce qu’attendent ces entreprises très dynamiques, qui souhaitent plutôt voir renforcer les formations locales ou l’attractivité du territoire. Le travail de conviction initié par Bernard Quirin et Amine Hamouche opère et, en 2016, la région Normandie fait des champions cachés le moteur de sa stratégie de développement économique.

  • D’une innovation en réponse à un besoin interne à la conquête d’un marché en émergence

    Sous l’impulsion visionnaire de certains acteurs de la direction industrielle de Michelin chargés de la fabrication des moules destinés à la fabrication des pneus, le Groupe s’est initié très tôt à la technologie de la fabrication additive métallique. De proche en proche, il a réussi, en dix ans, à maîtriser totalement la mise en œuvre de cette technologie dans la production, prenant ainsi une avance déterminante sur ses concurrents. Parallèlement, la technologie d’impression 3D développée en interne a été sélectionnée au titre d’un programme de diversification du Groupe. Une joint-venture a été lancée en 2015 avec la société française Fives, puis la société AddUp a été créée en 2016 avec deux actionnaires à 50 %. Les défis à relever sont cependant nombreux, dans un marché en pleine effervescence et au développement rapide, où se confrontent acteurs établis et nouveaux entrants dans une course à la recherche des meilleures technologies susceptibles de faire l’objet d’une diffusion industrielle à grande échelle.

  • La leçon de management du patron d’un grand service de chirurgie

    Séminaire Vie des affaires

    Dans le plus grand hôpital de France, nommé à la tête d’un service de très haute technicité, internationalement reconnu et rassemblant deux cents collaborateurs très divers, le chef de service évolue rapidement du rôle de praticien hospitalo-universitaire à celui de manager chef d’entreprise. Confronté, dans le même temps, aux exigences pressantes de rentabilité économique de l’Administration, aux impératifs de qualité des soins apportés aux patients, et aux revendications légitimes du personnel quant à ses conditions de travail, c’est à gérer un équilibre délicat et prenant qu’a été invité le professeur Marc-Olivier Bitker à sa nomination au poste de chef de service. Plus que sur la formation aux techniques managériales, c’est alors et avant tout sur ses qualités personnelles et son humanité qu’il devra compter. Prenant du recul sur près de dix ans d’expérience, il propose, en quelque sorte, un traité de management illustré que les participants ont écouté avec un rare plaisir.

  • Les éclaireurs de la révolution énergétique pour tous

    Le débat sur la transition énergétique n’est plus idéologique, mais bel et bien économique : les énergies renouvelables sont désormais plus compétitives que celles qui puisent dans des sources fossiles – sans même citer leur bénéfice environnemental. Malgré ce constat implacable, des freins persistent au développement de solutions vertes et distribuées, tant une logique centralisatrice et surplombante semble encore imprégner notre pays. Sur le territoire, des expérimentations apportent pourtant la preuve que ces solutions sont viables et vertueuses. Elles impliquent de nouer de nouveaux partenariats entre les parties prenantes, d’en finir avec les jeux de posture d’antan et de donner l’initiative aux acteurs locaux. Trois intervenants résolument engagés dans la transition énergétique en témoignent.

Nos dernières parutions - Tout voir

Proxinvest ou la recherche d'un actionnariat vigilant


L’emprise qu’une certaine finance exerce sur les décisions des entreprises cotées est désormais dénoncée jusque dans les cénacles libéraux. L’opportunisme court-termiste, l’indifférence aux considérations sociales et territoriales, et l’irrespect des actionnaires causent d’importants dommages sur le tissu socio-économique. En fondant, il y a vingt ans, Proxinvest, une agence qui conseille les actionnaires institutionnels dans leurs votes aux assemblées générales, Pierre-Henri Leroy avait une idée-force : ce n’est qu’en redonnant le pouvoir aux actionnaires et en les aidant à exercer toute leur responsabilité que ces dérives pourront être canalisées. Armé de bon sens et d’une authentique indépendance, entouré d’une équipe technique capable de rendre lisibles les projets de résolution les plus obscurs, Proxinvest promeut inlassablement un actionnariat vigilant, seul susceptible, selon lui, de réconcilier toutes les parties prenantes autour du projet d’entreprise.

Champions cachés, rayonnement et attractivité d'une région


En 2014, en Normandie, l’État réalise un test : mettre en lumière des champions cachés, c’est-à-dire des entreprises méconnues mais innovantes, exportatrices et créatrices d’emplois, comme Isigny Sainte-Mère, Acome, La Normandise, Tricots Saint James, Degrenne ou Seprolec, afin d’obtenir un effet d’entraînement sur l’ensemble du tissu industriel. Une opération de communication, organisée cette même année, prend la forme d’une visite du préfet dans la zone d’emploi de Vire, qui s’avère être un véritable “village gaulois” de champions cachés. La presse s’en fait l’écho et les administrations découvrent que leurs aides, prêts ou avances remboursables ne correspondent pas à ce qu’attendent ces entreprises très dynamiques, qui souhaitent plutôt voir renforcer les formations locales ou l’attractivité du territoire. Le travail de conviction initié par Bernard Quirin et Amine Hamouche opère et, en 2016, la région Normandie fait des champions cachés le moteur de sa stratégie de développement économique.

Nos dernières parutions

L'Édito

De l'entrepreneur à l'entreprenant

  • -

Edito du 23 avril 2018

On sait depuis Schumpeter l'importance de l'entrepreneur, qui fait évoluer la société par un processus de destruction créatrice. Dans une période de mutations, on attend beaucoup de lui, on le valorise, on invente des lieux où il peut éclore, comme les incubateurs de start-up, on crée des financements pour le soutenir. C'est très bien, mais cela ne suffira pas. D'une part, les entreprises sont loin de pouvoir employer tout le monde. Résumer la vie sociale à la vie économique est alors un facteur d'exclusion qui met en péril la paix civile. Au cours des 1 300 séances de l'École de Paris, nous avons vu nombre d'acteurs qui, sans être des entrepreneurs, ont créé des activités génératrices de sens, de liens, de fiertés, d'insertion : Réseaux d'échanges réciproques de savoirs, Jardins de Cocagne, Voisins malins, gymnastique adaptée aux seniors, etc. Ils nous ont émerveillés et nous ont convaincus qu'il faut multiplier les démarches de ce type. Mais on ne peut pas dire que l'argent coule à flot dans leur domaine, ni qu'ils sont portés par le public, les médias et les politiques comme le sont les entrepreneurs.

Nous avons aussi vu, au sein de grandes organisations, des acteurs développant une énergie et une inventivité extraordinaires et prenant des risques pour rendre leur organisation plus agile et génératrice de sens : chez Michelin, chez OCP, à la Caisse d'assurance maladie des Yvelines, etc. Ce n'est pas le profit qui les guide, et pourtant ils jouent un rôle clé. Cependant, la pérennité de leurs contributions peut être fragile si leurs successeurs comprennent mal leur action et ne sont pas très attentifs à la poursuivre. 

Nous les appelons entreprenants. Il nous paraît important de mieux comprendre leur action et de les valoriser. C'est dans cet esprit que l'École de Paris lance un Manifeste des entreprenants et crée le blog du Jardin des entreprenants, qui a pour ambition d'aider à tirer des enseignements des entreprenants les plus inspirants, dans toute leur diversité.

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

Quand Casino réinvente le commerce grâce au numérique

Séminaire Transformations numériques


Par

  • Cyril BOURGOIS, Directeur des opérations, chargé de la Transformation digitale, groupe Casino
Isigny Sainte-Mère, l'excellence du terroir normand sur tous les continents

Séminaire Aventures industrielles


Par

Le whisky, produit d'un terroir : la preuve par les Alpes

Séminaire Création


Par

Que peut apporter un établissement d'enseignement supérieur à une ville moyenne ?

Séminaire Économie et sens


Par

Accéder à l'agenda

Ouvrages

Rage d'exister

  • -

Par Philippe Aubert et Sophie Jacolin

« Aujourd’hui, je prends la parole avec ce livre. Je prends la parole, pourtant jamais je n’ai prononcé le moindre mot.

De moi, on ne comprend de prime abord que le rire – je n’en suis pas avare – et, pour peu qu’on y prête attention, mes enthousiasmes et mes refus. Pour le reste, mes interlocuteurs doivent s’armer de patience et me décrypter lettre après lettre, mot après mot. Certains maîtrisent mon code : l’épellation.
Avec les autres, je coiffe ma “licorne”, un casque doté d’une antenne grâce à laquelle je parviens, au prix d’efforts, à désigner des lettres sur un panneau fixé devant mon fauteuil.

Je m’appelle Philippe Aubert, j’ai 37 ans et je suis invalide moteur cérébral athétosique – quatre mots auxquels on voudrait souvent réduire mon identité. En d’autres termes, je suis rivé à un fauteuil et j’ai besoin d’aide pour le moindre geste de la vie quotidienne : me lever, me coucher, me nourrir, faire ma toilette, lire, écrire, aller au cinéma, boire un verre avec des amis, voyager… Ceci est mon histoire, mon combat, l’expression de ma rage d’exister ! » – Philippe Aubert

 

Ce livre est né d'une séance marquante du séminaire Économie et sens, « Je serai un homme », qui nous fit découvrir le destin hors du commun de Philippe Aubert et Jackson Sintina.

 

Ouvrages

Prise de parole

1648 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Cyril BOURGOIS

Directeur des opérations, chargé de la Transformation digitale, groupe Casino

17 septembre 2018

Quand Casino réinvente le commerce grâce au numérique

Daniel DELAHAYE

Directeur général d’Isigny Sainte-Mère

20 septembre 2018

Isigny Sainte-Mère, l'excellence du terroir normand sur tous les continents

Frédéric REVOL

Fondateur du Domaine des Hautes Glaces

25 septembre 2018

Le whisky, produit d'un terroir : la preuve par les Alpes

Véronique BOSC-BUREL

Directrice de la Fondation Université Bretagne Sud

03 octobre 2018

Que peut apporter un établissement d'enseignement supérieur à une ville moyenne ?

Thierry de MAZANCOURT

Directeur de l'École des mines d'Alès

03 octobre 2018

Que peut apporter un établissement d'enseignement supérieur à une ville moyenne ?

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc