• La transformation digitale du groupe Amaury

    Jeudi 19 janvier 2017 | 17h30 - 19h30 Séminaire Transformations numériques

    La presse quotidienne papier a-t-elle encore un avenir ? Face à une information désormais devenue instantanée du fait des réseaux sociaux, le métier de journaliste change, les publicitaires se tournent vers d’autres médias et les grands groupes de presse doivent repenser en profondeur leur modèle économique. Alors que Le Parisien perd de l’argent depuis vingt-cinq ans et que L’équipe décline doucement, la patronne du groupe Amaury demande à un industriel de s’attaquer à l’ordre établi et à la culture traditionnelle afin de désormais faire vivre son entreprise dans le nouvel écosystème digital. Six ans plus tard, les titres du Groupe ont renoué avec les bénéfices et les journalistes se sont ouverts à la maîtrise des outils numériques ainsi qu’à de nouveaux modes d’expression.

  • Journal n°124 mars/avril 2017

    Garder la ligne

  • À la recherche d'un nouveau modèle d'organisation et de management chez Michelin

    Vendredi 03 février 2017 | 9h30 - 12h00 Séminaire Vie des affaires

    Après la mise en œuvre d’un schéma très rationnel, le Michelin Manufacturing Way, la productivité a beaucoup augmenté, mais la démotivation s’est fait jour. Les ouvriers et la maîtrise se sentaient pris dans des contraintes inhibantes. Le Groupe a lancé un projet pour responsabiliser les acteurs de l’entreprise en partant du bas vers le haut de la hiérarchie. Bertrand Ballarin, chargé du projet, a proposé d’en organiser une première étape avec trente-huit îlots de production dans dix-huit usines. Cette phase ayant donné des résultats convaincants, au bout de douze mois, cinq sites ont reçu pour mission de voir comment il était possible de généraliser les expériences des îlots démonstrateurs, de faire évoluer le fonctionnement des structures d’appui (méthodes, relations entre les niveaux hiérarchiques, etc.) et d’imaginer de nouveaux principes de direction. C’est une vraie révolution que Michelin engage, avec patience et humilité, tout en faisant face à la complexité inhérente aux très grandes entreprises et en conservant l’empreinte d’une histoire de plus d’un siècle.

     

     

  • L'opération Territoires zéro chômeur de longue durée

    Mercredi 11 janvier 2017 | 9h00 - 11h30 Séminaire Économie et sens

    Patrick Valentin a mené, de longues années durant, une activité de créateur et de patron d’entreprises sociales sans but lucratif, pour permettre aux personnes les plus défavorisées de s’insérer dans la société. En 1994, il lance, à Seiches-sur-le-Loir, une expérience fondatrice. Après avoir sensibilisé les acteurs du territoire au chômage de longue durée, il demande aux quatre-vingts personnes concernées ce qu’elles savent et veulent faire, et constate que cinquante-neuf d’entre elles sont prêtes à s’investir. Un projet d’entreprise les employant toutes est mis sur pied, le nombre des travaux d’intérêt local recensés étant suffisant pour le faire fonctionner. Il est toutefois nécessaire, pour en équilibrer les comptes, de verser à l’entreprise les indemnités perçues par les chômeurs et de lui rétrocéder les cotisations sociales. C’est l’enthousiasme, vite refroidi par le préfet, qui déclare cette opération illégale. Quelques années plus tard, les conditions semblent réunies pour trouver un cadre légal à ce projet et y associer plusieurs territoires…

Nos dernières parutions - Tout voir

La transformation digitale du groupe Amaury


La presse quotidienne papier a-t-elle encore un avenir ? Face à une information désormais devenue instantanée du fait des réseaux sociaux, le métier de journaliste change, les publicitaires se tournent vers d’autres médias et les grands groupes de presse doivent repenser en profondeur leur modèle économique. Alors que Le Parisien perd de l’argent depuis vingt-cinq ans et que L’équipe décline doucement, la patronne du groupe Amaury demande à un industriel de s’attaquer à l’ordre établi et à la culture traditionnelle afin de désormais faire vivre son entreprise dans le nouvel écosystème digital. Six ans plus tard, les titres du Groupe ont renoué avec les bénéfices et les journalistes se sont ouverts à la maîtrise des outils numériques ainsi qu’à de nouveaux modes d’expression.

À la recherche d'un nouveau modèle d'organisation et de management chez Michelin


Après la mise en œuvre d’un schéma très rationnel, le Michelin Manufacturing Way, la productivité a beaucoup augmenté, mais la démotivation s’est fait jour. Les ouvriers et la maîtrise se sentaient pris dans des contraintes inhibantes. Le Groupe a lancé un projet pour responsabiliser les acteurs de l’entreprise en partant du bas vers le haut de la hiérarchie. Bertrand Ballarin, chargé du projet, a proposé d’en organiser une première étape avec trente-huit îlots de production dans dix-huit usines. Cette phase ayant donné des résultats convaincants, au bout de douze mois, cinq sites ont reçu pour mission de voir comment il était possible de généraliser les expériences des îlots démonstrateurs, de faire évoluer le fonctionnement des structures d’appui (méthodes, relations entre les niveaux hiérarchiques, etc.) et d’imaginer de nouveaux principes de direction. C’est une vraie révolution que Michelin engage, avec patience et humilité, tout en faisant face à la complexité inhérente aux très grandes entreprises et en conservant l’empreinte d’une histoire de plus d’un siècle.

 

 

L'opération Territoires zéro chômeur de longue durée


Patrick Valentin a mené, de longues années durant, une activité de créateur et de patron d’entreprises sociales sans but lucratif, pour permettre aux personnes les plus défavorisées de s’insérer dans la société. En 1994, il lance, à Seiches-sur-le-Loir, une expérience fondatrice. Après avoir sensibilisé les acteurs du territoire au chômage de longue durée, il demande aux quatre-vingts personnes concernées ce qu’elles savent et veulent faire, et constate que cinquante-neuf d’entre elles sont prêtes à s’investir. Un projet d’entreprise les employant toutes est mis sur pied, le nombre des travaux d’intérêt local recensés étant suffisant pour le faire fonctionner. Il est toutefois nécessaire, pour en équilibrer les comptes, de verser à l’entreprise les indemnités perçues par les chômeurs et de lui rétrocéder les cotisations sociales. C’est l’enthousiasme, vite refroidi par le préfet, qui déclare cette opération illégale. Quelques années plus tard, les conditions semblent réunies pour trouver un cadre légal à ce projet et y associer plusieurs territoires…

L'opération Territoires zéro chômeur de longue durée


Patrick Valentin a mené, de longues années durant, une activité de créateur et de patron d’entreprises sociales sans but lucratif, pour permettre aux personnes les plus défavorisées de s’insérer dans la société. En 1994, il lance, à Seiches-sur-le-Loir, une expérience fondatrice. Après avoir sensibilisé les acteurs du territoire au chômage de longue durée, il demande aux quatre-vingts personnes concernées ce qu’elles savent et veulent faire, et constate que cinquante-neuf d’entre elles sont prêtes à s’investir. Un projet d’entreprise les employant toutes est mis sur pied, le nombre des travaux d’intérêt local recensés étant suffisant pour le faire fonctionner. Il est toutefois nécessaire, pour en équilibrer les comptes, de verser à l’entreprise les indemnités perçues par les chômeurs et de lui rétrocéder les cotisations sociales. C’est l’enthousiasme, vite refroidi par le préfet, qui déclare cette opération illégale. Quelques années plus tard, les conditions semblent réunies pour trouver un cadre légal à ce projet et y associer plusieurs territoires…

Nos dernières parutions

Prochaines séances - Tout voir

Naissance d'un <em>showrunner</em> français, ou l'art de produire des séries TV

Séminaire Création


Par

  • Éric ROCHANT, Réalisateur, <em>showrunner</em> du <em>Bureau des légendes</em>
Quel avenir pour les coopératives&nbsp;?

Séminaire Économie et sens


Par

  • Pierre LIRET, Auteur du livre<em> La solution coopérative</em>, Fédération des Scop
Conjuguer libération des énergies et transformation de l'entreprise&nbsp;: le nouveau défi du groupe OCP

Séminaire Vie des affaires


Par

  • Hicham EL HABTI, Chargé de la coordination du processus de libération des énergies, groupe OCP
Stanley Robotics&nbsp;: le futur, c'est maintenant&nbsp;!

Séminaire Aventures industrielles


Par

  • Aurélien CORD, Cofondateur et <em>Chief Technology Officer</em> de Stanley Robotics

Accéder à l'agenda

Le journal

Garder la ligne

  • -

N°124 | mars/avril 2017

Consulter les anciens numéros

L'Édito

Concilier compétitivité et solidarité

  • -

Edito du 17 mars 2017

Notre débat “L'inutilité, fléau moderne” a montré qu'il fallait concilier compétitivité et solidarité. 

Compétitivité pour faire en sorte que les productions de biens et services exposées à la concurrence internationale résistent à la pression, et même se développent. Elles sont en effet pourvoyeuses d'emplois directs et indirects et créatrices de richesses économiques. 

Solidarité, car les entreprises sont loin de pouvoir employer tout le monde. Il faut donc développer les productions de biens et services enracinées localement. On en connaît déjà : artisanat, commerce, TPE, administrations, services de santé, Économie sociale et solidaire, etc. Mais elles ne suffisent pas puisqu'il reste encore beaucoup d'inactifs. Si l'on veut éviter que l'inactivité menace la paix civile, il faut donc inventer de nouvelles solidarités et des mécanismes pour rendre finançables des activités utiles mais délaissées, comme dans l'opération territoires zéro chômeurs de longue durée. 

L'École de Paris se veut un lieu où les idées et les expériences nouvelles sont repérées et débattues. Elle a déjà abondamment montré, au rebours des idées reçues, qu'on peut être compétitif sans vivre en enfer et solidaire tout en étant efficace.  

Michel Berry

Lire la suite

Ouvrages

La course à l'innovation, la saga d'Antonio Molina

  • -

Par Luc Hossepied

À l’heure où la métropole lilloise et la nouvelle région des Hauts-de-France veulent s’affirmer comme territoires créatifs et innovants, au rendez-vous du développement durable et de la Troisième Révolution Industrielle, il est un patron – jusqu’ici discret – qui dit « Chiche ! » : Antonio Molina. Avec son programme Verem, il veut faire de la métropole lilloise la capitale mondiale des matériaux complexes. Président du groupe de peinture Mäder et du pôle de compétitivité Matikem, le pôle des matériaux, de la chimie verte et de l’innovation, Antonio Molina a un parcours professionnel atypique. Nous suivons ici son parcours sans faute, ses engagements, ses valeurs ; nous découvrons un ingénieur et un financier. Trop beau ? En acceptant la présidence du pôle Matikem, Antonio Molina veut y appliquer les recettes qui lui ont réussi dans le groupe Mäder : recherche, innovation, partenariat université / entreprise. Dans une région marquée par les mutations du xxe siècle, des hommes comme Antonio Molina sont précieux. Son programme Verem articule les enjeux de l’innovation, de la compétitivité et de l’équité territoriale. Tout ce qu’il aime !

 

Ouvrages

Prise de parole

1573 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Éric ROCHANT

Réalisateur, showrunner du Bureau des légendes

02 mai 2017

Naissance d'un showrunner français, ou l'art de produire des séries TV

Pierre LIRET

Auteur du livre La solution coopérative, Fédération des Scop

03 mai 2017

Quel avenir pour les coopératives ?

Hicham EL HABTI

Chargé de la coordination du processus de libération des énergies, groupe OCP

05 mai 2017

Conjuguer libération des énergies et transformation de l'entreprise : le nouveau défi du groupe OCP

Aurélien CORD

Cofondateur et Chief Technology Officer de Stanley Robotics

16 mai 2017

Stanley Robotics : le futur, c'est maintenant !

Cécile WENDLING

Responsable de la prospective pour le groupe AXA

17 mai 2017

Assurance et nouvelles technologies