• Une start-up pour créer des start-up dans l'assurance

    Alors que les grands groupes déclarent vouloir investir l’écosystème des start-up, Axa se démarque en finançant un modèle original et indépendant : Kamet, une start-up créatrice de start-up qui accueille des entrepreneurs et développe des idées innovantes pour le monde de l'assurance.

    Lire la suite

    Une start-up pour créer des start-up dans l'assurance

  • Vous êtes cadre dirigeant ?


    Suivez une formation internationale de pointe en technologie, innovation et management avec l’Executive Master de l’École polytechnique. 

    >> En savoir plus

  • Biomimétisme : le vivant, source d'innovation

    Le biomimétisme (bio = vie, mimesis = imiter) est une stratégie d’innovation consistant à s’inspirer des organismes vivants pour faire évoluer les technologies et sociétés humaines vers plus d’efficacité : énergie, chimie douce, écomatériaux performants, écologie industrielle... En France, plus de cent soixante-dix laboratoires et quatre-vingts entreprises s’engagent dans le biomimétisme. Pour favoriser le succès de leur démarche au-delà de quelques réalisations pionnières, il faut construire des méthodologies génériques afin de garantir l’appropriation par les parties prenantes. Le Centre européen d’excellence en biomimétisme de Senlis (CEEBIOS) se propose de répondre à ces enjeux grâce au décloisonnement des disciplines, au rapprochement de la recherche fondamentale et de l’industrie, à la mobilisation des territoires et au développement de la formation. L’ambition est de positionner la France en pionnière du développement du biomimétisme comme outil de la transition écologique, réconciliant biodiversité, innovation et économie.

  • Stanley Robotics : le futur, c'est maintenant !

    À la croisée de plusieurs domaines, industriel, technologique et du service, Stanley Robotics a pour ambition de révolutionner l’expérience du parking : un robot prend en charge votre véhicule dès votre arrivée au parking, va le garer en toute sécurité et vous le rapportera au moment où vous voudrez partir. Sans vous faire patienter. Pour les utilisateurs, l’expérience devient simple et agréable. Pour les gestionnaires, le robot permet d’augmenter la capacité du parking de 50 % et donc augmenter les revenus. Aurélien Cord partagera cette aventure qui connaît une croissance époustouflante. En effet, l’activité commencée en 2015 est déjà en service à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle depuis janvier. Il reviendra également sur les différents challenges auxquels Stanley Robotics est confronté, que ce soit sur la partie technique (robotique), management (l’effectif double chaque année) ou opérationnel.

     

    Pour en savoir plus, consulter l'article et voir la vidéo du figaro.fr “À l'aéroport de Roissy, un robot pour garer son véhicule

Nos dernières parutions - Tout voir

Kamet, un start-up studio créé par AXA pour réinventer l'assurance


Les grands groupes déclarent tous vouloir investir l’écosystème des start-up, pour y découvrir à la fois des modèles en rupture mais aussi d’autres méthodes de travail, des partenaires différents et des investissements d’avenir. Pour y parvenir, ils investissent désormais presque tous dans des incubateurs et/ou des fonds d’investissement… Le groupe AXA, lui, cherche une voie plus originale au travers de Kamet, une filiale très indépendante, présentée comme un start-up studio doté de 100 millions d’euros, et confiée à Stéphane Guinet, ancien entrepreneur (Assurland.com) et ancien membre du comité exécutif du Groupe (AXA Global Direct). Dans un processus très sélectif, organisé autour de cycles courts (sprints), Kamet, qui dispose d’accès aux ressources du groupe AXA, s’entoure de serial entrepreneurs aguerris en vue d’inventer et de mettre en œuvre des modèles disruptifs de l’écosystème de l’assurance, qui sont dès le départ majoritairement la propriété du groupe AXA.

Biomimétisme : le vivant, source d'innovation


Le biomimétisme (bio = vie, mimesis = imiter) est une stratégie d’innovation consistant à s’inspirer des organismes vivants pour faire évoluer les technologies et sociétés humaines vers plus d’efficacité : énergie, chimie douce, écomatériaux performants, écologie industrielle... En France, plus de cent soixante-dix laboratoires et quatre-vingts entreprises s’engagent dans le biomimétisme. Pour favoriser le succès de leur démarche au-delà de quelques réalisations pionnières, il faut construire des méthodologies génériques afin de garantir l’appropriation par les parties prenantes. Le Centre européen d’excellence en biomimétisme de Senlis (CEEBIOS) se propose de répondre à ces enjeux grâce au décloisonnement des disciplines, au rapprochement de la recherche fondamentale et de l’industrie, à la mobilisation des territoires et au développement de la formation. L’ambition est de positionner la France en pionnière du développement du biomimétisme comme outil de la transition écologique, réconciliant biodiversité, innovation et économie.

Stanley Robotics : le futur, c'est maintenant !


À la croisée de plusieurs domaines, industriel, technologique et du service, Stanley Robotics a pour ambition de révolutionner l’expérience du parking : un robot prend en charge votre véhicule dès votre arrivée au parking, va le garer en toute sécurité et vous le rapportera au moment où vous voudrez partir. Sans vous faire patienter. Pour les utilisateurs, l’expérience devient simple et agréable. Pour les gestionnaires, le robot permet d’augmenter la capacité du parking de 50 % et donc augmenter les revenus. Aurélien Cord partagera cette aventure qui connaît une croissance époustouflante. En effet, l’activité commencée en 2015 est déjà en service à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle depuis janvier. Il reviendra également sur les différents challenges auxquels Stanley Robotics est confronté, que ce soit sur la partie technique (robotique), management (l’effectif double chaque année) ou opérationnel.

 

Pour en savoir plus, consulter l'article et voir la vidéo du figaro.fr “À l'aéroport de Roissy, un robot pour garer son véhicule

Assurance et nouvelles technologies


Avec l’arrivée du big data, de l’intelligence artificielle, de la blockchain, ou encore de l’Insurtech, le secteur de l’assurance connaît une véritable transformation technologique qui se traduit par des ruptures à la fois sociales et politiques. À partir d’exemples déjà mis en œuvre concrètement en France ou ailleurs, Cécile Wendling brosse le tableau des opportunités et des risques auxquels sont d’ores et déjà confrontés assureurs et assurés. L’exercice de prospective étant par définition toujours dérangeant pour une organisation, car inquiétant et en dehors de l’actualité, elle a dû imaginer un dispositif original : la Foresight Squad, créée avec quatre autres personnes au sein du groupe Axa, n’est rattachée à aucune direction et s’auto-saisit des sujets qui l’intéressent. L’objectif est de rendre le Groupe future proof, c’est-à-dire capable d’anticiper les révolutions qui s’annoncent et d’être le premier sur le terrain, dans des domaines qui sont encore des zones grises du droit.

Nos dernières parutions

Prochaines séances - Tout voir

Des solutions low cost disruptives pour le secteur spatial

Séminaire Ressources technologiques et innovation


Par

Un chaos refondateur

Séminaire Vie des affaires


Par

Réinventer la gouvernance du territoire des villes moyennes

Séminaire Économie et sens


Par

  • Jean-Jacques TERRIN, Professeur émérite, École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Accéder à l'agenda

Le journal

Le génie du lieu

  • -

N°127 | Septembre/Octobre 2017

Consulter les anciens numéros

L'Édito

Concilier compétitivité et solidarité

  • -

Edito du 17 mars 2017

Notre débat “L'inutilité, fléau moderne” a montré qu'il fallait concilier compétitivité et solidarité. 

Compétitivité pour faire en sorte que les productions de biens et services exposées à la concurrence internationale résistent à la pression, et même se développent. Elles sont en effet pourvoyeuses d'emplois directs et indirects et créatrices de richesses économiques. 

Solidarité, car les entreprises sont loin de pouvoir employer tout le monde. Il faut donc développer les productions de biens et services enracinées localement. On en connaît déjà : artisanat, commerce, TPE, administrations, services de santé, Économie sociale et solidaire, etc. Mais elles ne suffisent pas puisqu'il reste encore beaucoup d'inactifs. Si l'on veut éviter que l'inactivité menace la paix civile, il faut donc inventer de nouvelles solidarités et des mécanismes pour rendre finançables des activités utiles mais délaissées, comme dans l'opération territoires zéro chômeurs de longue durée. 

L'École de Paris se veut un lieu où les idées et les expériences nouvelles sont repérées et débattues. Elle a déjà abondamment montré, au rebours des idées reçues, qu'on peut être compétitif sans vivre en enfer et solidaire tout en étant efficace.  

Michel Berry

Lire la suite

Ouvrages

La course à l'innovation, la saga d'Antonio Molina

  • -

Par Luc Hossepied

À l’heure où la métropole lilloise et la nouvelle région des Hauts-de-France veulent s’affirmer comme territoires créatifs et innovants, au rendez-vous du développement durable et de la Troisième Révolution Industrielle, il est un patron – jusqu’ici discret – qui dit « Chiche ! » : Antonio Molina. Avec son programme Verem, il veut faire de la métropole lilloise la capitale mondiale des matériaux complexes. Président du groupe de peinture Mäder et du pôle de compétitivité Matikem, le pôle des matériaux, de la chimie verte et de l’innovation, Antonio Molina a un parcours professionnel atypique. Nous suivons ici son parcours sans faute, ses engagements, ses valeurs ; nous découvrons un ingénieur et un financier. Trop beau ? En acceptant la présidence du pôle Matikem, Antonio Molina veut y appliquer les recettes qui lui ont réussi dans le groupe Mäder : recherche, innovation, partenariat université / entreprise. Dans une région marquée par les mutations du xxe siècle, des hommes comme Antonio Molina sont précieux. Son programme Verem articule les enjeux de l’innovation, de la compétitivité et de l’équité territoriale. Tout ce qu’il aime !

 

Ouvrages

Prise de parole

1601 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Grégory PRADELS

Aerospace Valley

22 novembre 2017

Des solutions low cost disruptives pour le secteur spatial

Éric JOLIVET

IAE Toulouse

22 novembre 2017

Des solutions low cost disruptives pour le secteur spatial

Patrick POUYANNÉ

PDG de Total

01 décembre 2017

Un chaos refondateur

Marylise LÉON

Secrétaire nationale, CFDT

04 décembre 2017

Transformation digitale : les partenaires sociaux doivent-ils se réinventer ?

Jean-Jacques TERRIN

Professeur émérite, École nationale supérieure d’architecture de Versailles

06 décembre 2017

Réinventer la gouvernance du territoire des villes moyennes