• Création et management d'une entreprise à but d'emploi : gros plan sur l'expérience de Pipriac et Saint-Ganton

    Séminaire Vie des affaires

    Un territoire rural en Bretagne, des exclus du travail, des besoins locaux non pris en compte et un fort consensus autour d’une idée simple : le travail est un droit dont chacun doit pouvoir disposer. Sous l’impulsion de l’association ATD Quart Monde, un projet va donc voir le jour, porté par des élus, des entrepreneurs, des travailleurs sociaux ou des bénévoles : plus un chômeur de longue durée ne doit rester désormais sans emploi sur leur territoire. Pour cela, les fonds alloués à ces personnes au titre de l’allocation chômage ou du revenu de solidarité active, et plus largement tous les coûts et manques à gagner liés au chômage, vont être réorientés vers une entreprise à but d’emploi. À charge pour elle de leur garantir un CDI et une activité utile à la collectivité, quelles que soient leurs compétences. Cette expérimentation est désormais appuyée sur une loi permettant de valider la méthode, et les premiers résultats obtenus laissent bien augurer d’une pérennisation du dispositif et de son extension à d’autres territoires.

  • Le Lavoir Moderne : industrialiser le pressing des particuliers

    Jeudi 26 septembre 2019 | 17h30 - 19h30 Séminaire Aventures industrielles

    Après s'être occupé du financement de projets industriels, Alphadio Olory-Togbe s'est passionné pour l'industrialisation du pressing lors d'un mémoire d'Executive MBA à HEC. Le groupe Elis est devenu un leader mondial de la blanchisserie professionnelle, pour un chiffre d'affaires de 4 milliards d’euros, avec des systèmes très automatisés et une organisation rigoureuse de la collecte et de la livraison de linge. Pour les particuliers, le défi est tout autre : comment collecter le linge, le trier, le nettoyer et le livrer de façon économiquement viable ? Après avoir mené, avec Pierre-Henri Canonne, une R&D pendant cinq ans, il a trouvé des solutions à tous les problèmes, en les testant sur des installations prototypes. En octobre 2019, il inaugurera une usine de 3 500 mètres carrés. Avec des prix défiant toute concurrence, il prévoit de progresser rapidement sur le marché parisien et programme quatre usines plus grandes pour Paris avant de se lancer à la conquête de la France, puis du monde...

  • Tout ce que vous devriez savoir sur les vrais usages de la blockchain

    Face à l’insondable mystère que sont pour lui les chaînes de blocs, le profane s’interroge. Qu’est-ce donc là que cette diablerie, concoctée par un Docteur Nakamoto, dont on débat de l’existence même, et qui déchaîne les passions des initiés ? Et quelle est cette technologie démiurgique dont on prétend qu’elle va renvoyer le système bancaire aux oubliettes, révolutionner les échanges et modifier les relations sociales ? La première vague d’exaltation passée, il est grand temps de dédramatiser l’objet. Loin des promesses de ses débuts, le système bitcoin dévoile ses faiblesses, son coût exorbitant et sa lourdeur, qui obèrent son utilité, en dehors de quelques cas précis. Ne méritant ni l’excès d’honneurs de ses débuts ni l’indignité à laquelle le vouent ses contempteurs, la blockchain requiert que l’on comprenne ses principes afin de mieux cerner ses limites et d’en maîtriser les enjeux et les risques.

  • Le management du groupe Ana Bell, l'obsession du partage

    Mercredi 2 octobre 2019 | 9h00 - 11h30 Séminaire Économie et sens

    En 2000, Luc Bellière, est nommé directeur général de la Société française de services, pionnière, entre autres, de la mesure de viscosité en process et de la transmission en ligne des résultats, prémices de l'industrie 4.0. Pensant préférable le partage à l'exercice du pouvoir solitaire, il mène une série d’expériences, par exemple en externalisant l'activité de maintenance. Il veut créer une SCOP, mais des salariés craignent cette formule et il opte pour une SAS avec 51 % pour le personnel et 49 % pour lui. La géométrie du groupe évolue ensuite et de nouvelles formules de partage sont inventées, avec une obsession : personne ne peut prendre seul des décisions radicales. Le principe de partage est étendu aux relations avec le tissu local, avec par exemple un espace de coworking pour les entreprises en création, avec six mois de loyer gratuit pour celles relevant de l'ESS. Ce cas remarquable sera l'occasion de réfléchir aux modalités de partage, souvent invoquées mais rarement bien connues.

  • Safe Water Cube, agir ensemble pour apporter partout l'eau potable

    Séminaire Économie et sens

    Jean-Paul Augereau dirigeait trois entreprises et sillonnait le monde quand, après avoir bu de l’eau non potable en Égypte, il contracte une septicémie nécessitant une greffe humaine de valve aortique. Ce choc change sa vision de la vie et il décide d’oeuvrer pour apporter de l’eau potable à ceux qui en manquent. Il conçoit un équipement simple, facile à utiliser et durable, la fontaine Safe Water Cube. Elle peut alimenter 1 000 personnes et est mise en oeuvre par deux ou trois techniciens désignés par le chef au sein du village et rémunérés par tous les villageois. Il crée, en 2016, un fonds de dotation et l’association Agir Ensemble pour financer des fontaines et les mettre en oeuvre. Fin 2018, les 180 fontaines installées bénéficient à 180 000 personnes et il est prévu d’en installer 500 par an. L’association agit aussi dans l’éducation, la santé, l’agriculture, avec l’objectif d’enrayer l’exode rural, et multiplie les partenariats pour accélérer son développement.

Nos dernières parutions - Tout voir

Safe Water Cube, agir ensemble pour apporter partout l'eau potable


Jean-Paul Augereau dirigeait trois entreprises et sillonnait le monde quand, après avoir bu de l’eau non potable en Égypte, il contracte une septicémie nécessitant une greffe humaine de valve aortique. Ce choc change sa vision de la vie et il décide d’oeuvrer pour apporter de l’eau potable à ceux qui en manquent. Il conçoit un équipement simple, facile à utiliser et durable, la fontaine Safe Water Cube. Elle peut alimenter 1 000 personnes et est mise en oeuvre par deux ou trois techniciens désignés par le chef au sein du village et rémunérés par tous les villageois. Il crée, en 2016, un fonds de dotation et l’association Agir Ensemble pour financer des fontaines et les mettre en oeuvre. Fin 2018, les 180 fontaines installées bénéficient à 180 000 personnes et il est prévu d’en installer 500 par an. L’association agit aussi dans l’éducation, la santé, l’agriculture, avec l’objectif d’enrayer l’exode rural, et multiplie les partenariats pour accélérer son développement.

Création et management d'une entreprise à but d'emploi : gros plan sur l'expérience de Pipriac et Saint-Ganton


Un territoire rural en Bretagne, des exclus du travail, des besoins locaux non pris en compte et un fort consensus autour d’une idée simple : le travail est un droit dont chacun doit pouvoir disposer. Sous l’impulsion de l’association ATD Quart Monde, un projet va donc voir le jour, porté par des élus, des entrepreneurs, des travailleurs sociaux ou des bénévoles : plus un chômeur de longue durée ne doit rester désormais sans emploi sur leur territoire. Pour cela, les fonds alloués à ces personnes au titre de l’allocation chômage ou du revenu de solidarité active, et plus largement tous les coûts et manques à gagner liés au chômage, vont être réorientés vers une entreprise à but d’emploi. À charge pour elle de leur garantir un CDI et une activité utile à la collectivité, quelles que soient leurs compétences. Cette expérimentation est désormais appuyée sur une loi permettant de valider la méthode, et les premiers résultats obtenus laissent bien augurer d’une pérennisation du dispositif et de son extension à d’autres territoires.

Nos dernières parutions

L'Édito

Sur la ligne de crête

  • -

Edito du 4 juillet 2019

Montée en charge, passage à l’échelle, “scalabilité”… Le succès des entreprises repose moins sur la conception de solutions nouvelles que sur leur capacité à les déployer. Martingale génétique des entreprises industrielles, c’est aussi, parfois de manière plus critique, celle des entreprises de l’ère digitale, les start-up. Cette course à la taille structure la vie économique, celle des marchés et celle des organisations. En déployant des solutions de façon massive, elle laisse des interstices ouverts, lesquels permettent le développement de niches…

La grande échelle et la singularité ne font pas bon ménage. Leur conciliation apparaît pourtant comme l’un de nos plus grands défis. Il n’est qu’à considérer la question de l’emploi pour nous en convaincre, et cette contradiction dramatique, pour reprendre les mots d’André Dupon, de la cohabitation d’un important besoin d’emplois et de l’absence de réponses pour les laissés-pour-compte. Le traitement de l’insertion n’a pas échappé à la règle de l’approche industrielle, se montrant incapable de prendre en compte la multitude des singularités derrière la masse des laissés-pour-compte. Avec un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros, Vitamine T relève ce défi de l’insertion à grande échelle, tout en conciliant aussi action sociale et initiative économique.

La prévention, dans la santé, soulève le même type de défi. Les approches de mass média ont toujours donné lieu à des échecs. Le groupe VYV a fait le pari de la révolution de la prévention. Dans son cas, le traitement de la singularité à grande échelle – VYV touche 10 millions de personnes – se fait dans la combinaison d’une solution numérique et d’une plateforme téléphonique. Des processus et de l’humain.

Même articulation fine entre des processus et de l’humain chez le fonds d’investissement Kima Ventures, lequel est capable de traiter trente projets par jour et de s’engager dans une centaine de start-up chaque année pour s’affirmer comme “le business angel le plus actif au monde”. Modèle industriel, certes, mais avec une équipe de seulement trois personnes. En s’appuyant sur des processus très précis, elle parie sur des interstices et la capacité d’équipes à réussir le passage à l’échelle, dans un modèle qui mêle efficacité et bienveillance.

Singularité et grande échelle, action sociale et initiative économique, efficacité et bienveillance… Les lignes de crête sont des voies difficiles à tenir, mais prometteuses dans leur capacité à relever les défis entrepreneuriaux ou sociaux. Pour Heliatek, l’enjeu est double. L’entreprise entend contribuer au grand défi environnemental en s’appuyant sur des films photovoltaïques moins contraignants et plus vertueux que les panneaux solaires. Sur le plan entrepreneurial, il s’agit de trouver une place dans les nombreux interstices laissés par les panneaux solaires. Sa ligne de crête consiste à concilier l’industrialisation et l’adaptation de sa solution à des contextes variés.

Le projet de Valeo en Chine implique aussi de marcher sur deux jambes : être mondial et faire partie de l’écosystème chinois. Un écosystème caractérisé par la vitesse affolante de transformations qui vont faire passer le pays du statut d’usine du monde à celui de laboratoire du monde et qui la remettront en son centre. Sa capacité à concilier industrie et conception, masse et créativité, étatisme et entrepreneuriat y seront pour beaucoup. De la force du yin et du yang pour maîtriser les lignes de crêtes…

Thomas Paris

Édito du Journal de l'École de Paris du management n° 138

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

Le Lavoir Moderne : industrialiser le pressing des particuliers

Séminaire Aventures industrielles


Par

Le management du groupe Ana Bell, l'obsession du partage

Séminaire Économie et sens


Par

  • Luc BELLIÈRE, Gérant d'Ana Bell Group, président de Sofraser
L'intelligence artificielle pour diversifier  les recrutements chez l'Oréal

Séminaire Transformations numériques


Par

  • Eva AZOULAY, Vice-présidente RH, directrice du Talent Acquisition, groupe L’Oréal
HUAWEI, une aventure industrielle chinoise

Séminaire Management de l'innovation


Par

  • François QUENTIN, Ancien président de HUAWEI France (jusque fin 2018), président du CEPS (Centre d'étude et de prospective stratégique)

Accéder à l'agenda

Le journal

Sur la ligne de crête

  • -

N°138 | juillet/août 2019

Consulter les anciens numéros

Ouvrages

Idées – Tome II

  • -

Par Claude Riveline

À travers sa page Idées, publiée dans Le Journal de l’École de Paris du management depuis sa création en 1997, Claude Riveline nous fait part de ses réflexions éclairantes et malicieuses sur le management. Tout comme celles du premier tome, paru en 2006, les Idées de ce second tome sont à découvrir ou redécouvrir à la lumière du monde actuel.
 

Pour commander cet ouvrage ou pour tout renseignement, merci de nous envoyer un mail à l'adresse contact@ecole.org

Tarifs
Idées Tome II, version papier + numérique : 10 € + frais de port*

Offre spéciale : Idées Tome I + Idées Tome II (papier + numérique) : 15 € + frais de port*
Idées Tome II, version numérique (formats disponibles : PDF, EPUB et MOBI) : 7 €

* Frais de port : 5€ pour 1 à 2 exemplaires – à partir de 3 exemplaires et pour les envois à l'étranger, merci de nous contacter.

 

 

Ouvrages

Prise de parole

1707 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Alphadio OLORY-TOGBE

Directeur associé de Lavoir Moderne Holding

26 septembre 2019

Le Lavoir Moderne : industrialiser le pressing des particuliers

Luc BELLIÈRE

Gérant d'Ana Bell Group, président de Sofraser

2 octobre 2019

Le management du groupe Ana Bell, l'obsession du partage

Eva AZOULAY

Vice-présidente RH, directrice du Talent Acquisition, groupe L’Oréal

7 octobre 2019

L'intelligence artificielle pour diversifier les recrutements chez l'Oréal

François QUENTIN

Ancien président de HUAWEI France (jusque fin 2018), président du CEPS (Centre d'étude et de prospective stratégique)

16 octobre 2019

HUAWEI, une aventure industrielle chinoise

Philippe SILBERZAHN

EMLYON business school, Co-auteur de Stratégie modèle mental – Cracker enfin le code des organisations pour les remettre en mouvement

18 octobre 2019

Cracker le code des entreprises pour les remettre en mouvement

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc