• AMP Saumon de France : pour un saumon d’élevage de qualité sauvage

    Jeudi 13 décembre 2018 | 8h30 - 10h30 Séminaire Aventures industrielles

    Créée en 1997 par le groupe norvégien Inaq, l’entreprise cherbourgeoise se retrouve en 2008 à la barre du tribunal de commerce. Avec 200 tonnes de saumons malades perdus, l’élevage intensif avait atteint ses limites. En 2014, Pascal Goumain fait l'audacieux pari de reprendre la ferme aquacole alors que la conjoncture est au plus mal : l’Europe est touchée par un nouveau scandale qui discrédite le saumon norvégien, saturé de pesticides et d’hormones. Son pari est de produire moins mais mieux, en respectant le saumon, son environnement, et un consommateur soucieux de son alimentation et de l’empreinte écologique. Aujourd’hui, AMP Saumon de France propose un saumon d’élevage de qualité sauvage. Les forts courants cherbourgeois, parmi les plus puissants au monde, confèrent au saumon une chair tendre, musclée et des conditions de vie exceptionnelles. L’élevage de qualité se substitue à un élevage intensif. Pascal Goumain expliquera sa stratégie de renaissance.

  • Isigny Sainte-Mère, l'excellence du terroir normand sur tous les continents

    Isigny Sainte-Mère, entreprise présente sur tous les continents, a ouvert en juillet 2018 sa cinquième boutique à Séoul. Mais Isigny, c’est avant tout un terroir où, depuis des siècles, les éleveurs produisent un lait d’exception. Au tour de main traditionnel s’ajoute la veille technique et réglementaire pour rester à la pointe de la performance industrielle et de la traçabilité.

    Interview de Daniel Delahaye, directeur général d'Isigny Sainte-Mère, réalisée dans le cadre du séminaire Aventures industrielles coorganisé par l'École de Paris du management, l'UIMM et La Fabrique de l'industrie.

    Lire la suite

    Isigny Sainte-Mère, l'excellence du terroir normand sur tous les continents

  • Journal n°134 novembre/décembre 2018

    Basculements merveilleux

Nos dernières parutions - Tout voir

Inventer le futur du divertissement : le nouveau défi digital d'Ubisoft


Pépite française du jeu vidéo, Ubisoft est depuis longtemps une entreprise digitale par sa technologie, son organisation et sa culture. Pourtant, elle continue de saisir les dernières innovations pour diffuser ses marques et ses univers vers d’autres clientèles et étendre ses expertises bien au-delà du jeu vidéo, démontrant ainsi que la transformation n’est pas un objectif, mais un moyen de développement enthousiasmant. Sa maîtrise de la réalité virtuelle lui permet d’inventer aujourd’hui des attractions hyper-réalistes et très accessibles, et d’offrir ainsi un nouvel avenir aux salles d’arcade que les jeux vidéo avaient “ringardisées”. Avec son show Just Dance Live, Ubisoft lance des tournées de spectacles vivants. En développant pour Renault une expérience unique dédiée à la voiture autonome, ne pouvant être vécue qu’à l’intérieur d’un véhicule, elle ouvre des perspectives considérables qui matérialisent la réconciliation du virtuel et du physique, la nouvelle frontière du digital.

Isigny Sainte-Mère, l'excellence du terroir normand sur tous les continents


Fin 2018, Isigny Sainte-Mère, coopérative laitière aux portes des marais du Cotentin et du Bessin, lancera sa deuxième usine de production de poudre de lait infantile depuis 2015, pour répondre à la forte demande, notamment chinoise. La hausse du chiffre d’affaires (30 % en 2017) est tirée par l’export (62 % du chiffre d’affaires en 2017, contre 42 % en 2012). L’entreprise, présente sur tous les continents, a ouvert en juillet 2018 sa cinquième boutique à Séoul. Mais Isigny, c’est avant tout un terroir où, depuis des siècles, les éleveurs produisent un lait d’exception. Sa crème, son beurre et ses fromages sont issus d’un savoir-faire dont l’excellence est reconnue par l’appellation d’origine protégée (AOP) – le beurre et la crème d’Isigny, le Camembert, le Pont-l’Évêque –, le Label Rouge – la Mimolette – et le label Entreprise du patrimoine vivant. Au tour de main traditionnel s’ajoute la veille technique et réglementaire pour rester à la pointe de la performance industrielle et de la traçabilité.

Nos dernières parutions

L'Édito

De l'entrepreneur à l'entreprenant

  • -

Edito du 23 avril 2018

On sait depuis Schumpeter l'importance de l'entrepreneur, qui fait évoluer la société par un processus de destruction créatrice. Dans une période de mutations, on attend beaucoup de lui, on le valorise, on invente des lieux où il peut éclore, comme les incubateurs de start-up, on crée des financements pour le soutenir. C'est très bien, mais cela ne suffira pas. D'une part, les entreprises sont loin de pouvoir employer tout le monde. Résumer la vie sociale à la vie économique est alors un facteur d'exclusion qui met en péril la paix civile. Au cours des 1 300 séances de l'École de Paris, nous avons vu nombre d'acteurs qui, sans être des entrepreneurs, ont créé des activités génératrices de sens, de liens, de fiertés, d'insertion : Réseaux d'échanges réciproques de savoirs, Jardins de Cocagne, Voisins malins, gymnastique adaptée aux seniors, etc. Ils nous ont émerveillés et nous ont convaincus qu'il faut multiplier les démarches de ce type. Mais on ne peut pas dire que l'argent coule à flot dans leur domaine, ni qu'ils sont portés par le public, les médias et les politiques comme le sont les entrepreneurs.

Nous avons aussi vu, au sein de grandes organisations, des acteurs développant une énergie et une inventivité extraordinaires et prenant des risques pour rendre leur organisation plus agile et génératrice de sens : chez Michelin, chez OCP, à la Caisse d'assurance maladie des Yvelines, etc. Ce n'est pas le profit qui les guide, et pourtant ils jouent un rôle clé. Cependant, la pérennité de leurs contributions peut être fragile si leurs successeurs comprennent mal leur action et ne sont pas très attentifs à la poursuivre. 

Nous les appelons entreprenants. Il nous paraît important de mieux comprendre leur action et de les valoriser. C'est dans cet esprit que l'École de Paris lance un Manifeste des entreprenants et crée le blog du Jardin des entreprenants, qui a pour ambition d'aider à tirer des enseignements des entreprenants les plus inspirants, dans toute leur diversité.

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

L'architecture d'un monde liquide

Séminaire Création


Par

AMP Saumon de France : pour un saumon d’élevage de qualité sauvage

Séminaire Aventures industrielles


Par

Des technologies au service de l’homme : un défi mutualiste ?

Séminaire Transformations numériques


Par

  • Virginie FEMERY, Directrice Santé et Prévention, direction des Services Innovants, Groupe VYV
Orange Intrapreneurs Studio : de l’émergence de start-up à la régénération du groupe

Séminaire Management de l'innovation


Par

  • Nicolas BRY, <em>COO</em> (<em>Chief Operating Officer</em>), Orange Intrapreneurs Studio

Accéder à l'agenda

Le journal

Basculements merveilleux

  • -

N°134 | novembre/décembre 2018

Consulter les anciens numéros

Ouvrages

Rage d'exister

  • -

Par Philippe Aubert et Sophie Jacolin

« Aujourd’hui, je prends la parole avec ce livre. Je prends la parole, pourtant jamais je n’ai prononcé le moindre mot.

De moi, on ne comprend de prime abord que le rire – je n’en suis pas avare – et, pour peu qu’on y prête attention, mes enthousiasmes et mes refus. Pour le reste, mes interlocuteurs doivent s’armer de patience et me décrypter lettre après lettre, mot après mot. Certains maîtrisent mon code : l’épellation.
Avec les autres, je coiffe ma “licorne”, un casque doté d’une antenne grâce à laquelle je parviens, au prix d’efforts, à désigner des lettres sur un panneau fixé devant mon fauteuil.

Je m’appelle Philippe Aubert, j’ai 37 ans et je suis invalide moteur cérébral athétosique – quatre mots auxquels on voudrait souvent réduire mon identité. En d’autres termes, je suis rivé à un fauteuil et j’ai besoin d’aide pour le moindre geste de la vie quotidienne : me lever, me coucher, me nourrir, faire ma toilette, lire, écrire, aller au cinéma, boire un verre avec des amis, voyager… Ceci est mon histoire, mon combat, l’expression de ma rage d’exister ! » – Philippe Aubert

 

Ce livre est né d'une séance marquante du séminaire Économie et sens, « Je serai un homme », qui nous fit découvrir le destin hors du commun de Philippe Aubert et Jackson Sintina.

 

Ouvrages

Prise de parole

1663 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Philippe CHIAMBARETTA

Architecte, fondateur de PCA-Stream

11 décembre 2018

L'architecture d'un monde liquide

Pascal GOUMAIN

PDG de AMP Saumon de France

13 décembre 2018

AMP Saumon de France : pour un saumon d’élevage de qualité sauvage

Virginie FEMERY

Directrice Santé et Prévention, direction des Services Innovants, Groupe VYV

18 décembre 2018

Des technologies au service de l’homme : un défi mutualiste ?

Nicolas BRY

COO (Chief Operating Officer), Orange Intrapreneurs Studio

19 décembre 2018

Orange Intrapreneurs Studio : de l’émergence de start-up à la régénération du groupe

Alice ALTEMAIRE

Directrice des services mobilité et innovation, RCI Bank and Services

20 décembre 2018

L’automobile au défi de la transition vers les services et de la mobilité durable

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc