• Journal n°138 juillet/août 2019

    Sur la ligne de crête

  • Où va l'informatique ?

    Alors que les États-Unis tentent désormais de freiner le développement chinois, en particulier dans le domaine des hautes technologies numériques, le Vieux Continent reste à la traîne. En France, nous peinons depuis des décennies à prendre la mesure des enjeux numériques, considérant avec condescendance la science informatique. Il est donc illusoire de penser rattraper notre retard face aux GAFA et autres Baidu. Néanmoins, grâce à la qualité des mathématiciens et des chercheurs que nous formons, qui trop souvent partent vers la Silicon Valley ou l’Asie, des champs entiers d’innovation nous restent ouverts. Les explorer nécessiterait cependant une volonté politique, nationale, mais aussi européenne, ferme et ambitieuse, une réforme en profondeur de l’enseignement de l’informatique pour les plus jeunes et une collaboration des scientifiques de toutes disciplines dans le cadre d’une véritable culture partagée du numérique.

  • Intelligence artificielle : enquête sur un sujet de tous les soupçons

    Lundi 9 septembre 2019 | 17h30 - 19h30 Séminaire Transformations numériques

    L’intelligence artificielle alimente les espérances et les craintes les plus déraisonnables. Comment un professionnel avisé du conseil peut-il, dans ce contexte, aider ses clients à faire le tri au milieu de ce tumulte et extraire quelques grandes pistes de réflexion et d’actions, sans tomber lui-même dans la fascination facile ou le scepticisme érudit ? Interpellé par ses clients banquiers, Pierre Blanc a été confronté à cette périlleuse mission et livrera son parcours et son expérience. Il a réalisé, à la demande des établissements bancaires et des syndicats, une étude sur l’impact en matière d’emplois et de compétences, devenue, avec ses mises à jour, l’un des rares observatoires sur la question. Ces données fiables lui permettent de relativiser l’enthousiasme ou l’alarmisme de nombreuses affirmations et de démontrer que l’intelligence artificielle est pour l’entreprise, d’abord et avant tout, une grille de lecture très pertinente pour réinterroger le travail, les métiers, les compétences et les organisations.

  • Une technologie invisible : le cas de la sclérose de la recherche

    Xerfi Canal a reçu Michel Berry pour parler du concept de la technologie invisible.
    Une interview menée par Jean-Philippe Denis.

    Pour voir la vidéo sur le site de Xerfi Canal, cliquez ici.

    Lire la suite

    Une technologie invisible : le cas de la sclérose de la recherche

Nos dernières parutions - Tout voir

Où va l'informatique ?


Alors que les États-Unis tentent désormais de freiner le développement chinois, en particulier dans le domaine des hautes technologies numériques, le Vieux Continent reste à la traîne. En France, nous peinons depuis des décennies à prendre la mesure des enjeux numériques, considérant avec condescendance la science informatique. Il est donc illusoire de penser rattraper notre retard face aux GAFA et autres Baidu. Néanmoins, grâce à la qualité des mathématiciens et des chercheurs que nous formons, qui trop souvent partent vers la Silicon Valley ou l’Asie, des champs entiers d’innovation nous restent ouverts. Les explorer nécessiterait cependant une volonté politique, nationale, mais aussi européenne, ferme et ambitieuse, une réforme en profondeur de l’enseignement de l’informatique pour les plus jeunes et une collaboration des scientifiques de toutes disciplines dans le cadre d’une véritable culture partagée du numérique.

Construire nos lieux de vie avec la nature


Les trente glorieuses ont opéré un bouleversement irréversible sur le paysage français. Saisie par le sujet, Laure Quoniam, étudiante en architecture aux Beaux-Arts de Paris à la fin de cette période, éprouve la nécessité de réconcilier l’acte de bâtir avec son ancrage dans le paysage. La découverte du métier balbutiant d’architecte paysagiste lui ouvre une voie. Après une formation aux États-Unis et des rencontres décisives, elle mène un premier projet d’espace public marquant : la réhabilitation du site du pont du Gard. Ce projet complexe la conduira à développer son agence, qui interviendra sur des lieux patrimoniaux, des parcs publics ou des jardins privés. Être architecte paysagiste, c’est, à ses yeux, s’appuyer sur les éléments environnementaux d’un site, uniques à chaque contexte, et tirer profit des émotions qu’il offre en tenant compte de la dimension temporelle imposée par la nature. « La création paysagère, c’est construire des tableaux dans l’espace comme un architecte avec une sensibilité de peintre. »

Nos dernières parutions

L'Édito

Sur la ligne de crête

  • -

Edito du 4 juillet 2019

Montée en charge, passage à l’échelle, “scalabilité”… Le succès des entreprises repose moins sur la conception de solutions nouvelles que sur leur capacité à les déployer. Martingale génétique des entreprises industrielles, c’est aussi, parfois de manière plus critique, celle des entreprises de l’ère digitale, les start-up. Cette course à la taille structure la vie économique, celle des marchés et celle des organisations. En déployant des solutions de façon massive, elle laisse des interstices ouverts, lesquels permettent le développement de niches…

La grande échelle et la singularité ne font pas bon ménage. Leur conciliation apparaît pourtant comme l’un de nos plus grands défis. Il n’est qu’à considérer la question de l’emploi pour nous en convaincre, et cette contradiction dramatique, pour reprendre les mots d’André Dupon, de la cohabitation d’un important besoin d’emplois et de l’absence de réponses pour les laissés-pour-compte. Le traitement de l’insertion n’a pas échappé à la règle de l’approche industrielle, se montrant incapable de prendre en compte la multitude des singularités derrière la masse des laissés-pour-compte. Avec un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros, Vitamine T relève ce défi de l’insertion à grande échelle, tout en conciliant aussi action sociale et initiative économique.

La prévention, dans la santé, soulève le même type de défi. Les approches de mass média ont toujours donné lieu à des échecs. Le groupe VYV a fait le pari de la révolution de la prévention. Dans son cas, le traitement de la singularité à grande échelle – VYV touche 10 millions de personnes – se fait dans la combinaison d’une solution numérique et d’une plateforme téléphonique. Des processus et de l’humain.

Même articulation fine entre des processus et de l’humain chez le fonds d’investissement Kima Ventures, lequel est capable de traiter trente projets par jour et de s’engager dans une centaine de start-up chaque année pour s’affirmer comme “le business angel le plus actif au monde”. Modèle industriel, certes, mais avec une équipe de seulement trois personnes. En s’appuyant sur des processus très précis, elle parie sur des interstices et la capacité d’équipes à réussir le passage à l’échelle, dans un modèle qui mêle efficacité et bienveillance.

Singularité et grande échelle, action sociale et initiative économique, efficacité et bienveillance… Les lignes de crête sont des voies difficiles à tenir, mais prometteuses dans leur capacité à relever les défis entrepreneuriaux ou sociaux. Pour Heliatek, l’enjeu est double. L’entreprise entend contribuer au grand défi environnemental en s’appuyant sur des films photovoltaïques moins contraignants et plus vertueux que les panneaux solaires. Sur le plan entrepreneurial, il s’agit de trouver une place dans les nombreux interstices laissés par les panneaux solaires. Sa ligne de crête consiste à concilier l’industrialisation et l’adaptation de sa solution à des contextes variés.

Le projet de Valeo en Chine implique aussi de marcher sur deux jambes : être mondial et faire partie de l’écosystème chinois. Un écosystème caractérisé par la vitesse affolante de transformations qui vont faire passer le pays du statut d’usine du monde à celui de laboratoire du monde et qui la remettront en son centre. Sa capacité à concilier industrie et conception, masse et créativité, étatisme et entrepreneuriat y seront pour beaucoup. De la force du yin et du yang pour maîtriser les lignes de crêtes…

Thomas Paris

Édito du Journal de l'École de Paris du management n° 138

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

Intelligence artificielle : enquête sur un sujet de tous les soupçons

Séminaire Transformations numériques


Par

<em>Brut</em> et le vertige de l’information

Séminaire Création


Par

Le Lavoir Moderne&nbsp;: industrialiser le pressing des particuliers

Séminaire Aventures industrielles


Par

Le management du groupe Ana Bell, l'obsession du partage

Séminaire Économie et sens


Par

  • Luc BELLIÈRE, Gérant d'Ana Bell Group, président de Sofraser

Accéder à l'agenda

Le journal

Sur la ligne de crête

  • -

N°138 | juillet/août 2019

Consulter les anciens numéros

Ouvrages

Idées – Tome II

  • -

Par Claude Riveline

À travers sa page Idées, publiée dans Le Journal de l’École de Paris du management depuis sa création en 1997, Claude Riveline nous fait part de ses réflexions éclairantes et malicieuses sur le management. Tout comme celles du premier tome, paru en 2006, les Idées de ce second tome sont à découvrir ou redécouvrir à la lumière du monde actuel.
 

Pour commander cet ouvrage ou pour tout renseignement, merci de nous envoyer un mail à l'adresse contact@ecole.org

Tarifs
Idées Tome II, version papier + numérique : 10 € + frais de port*

Offre spéciale : Idées Tome I + Idées Tome II (papier + numérique) : 15 € + frais de port*
Idées Tome II, version numérique (formats disponibles : PDF, EPUB et MOBI) : 7 €

* Frais de port : 5€ pour 1 à 2 exemplaires – à partir de 3 exemplaires et pour les envois à l'étranger, merci de nous contacter.

 

 

Ouvrages

Prise de parole

1702 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Pierre BLANC

Associé fondateur d’Athling

9 septembre 2019

Intelligence artificielle : enquête sur un sujet de tous les soupçons

Guillaume LACROIX

Fondateur et CEO, Brut

10 septembre 2019

Brut et le vertige de l’information

Alphadio OLORY-TOGBE

Directeur associé de Lavoir Moderne Holding

26 septembre 2019

Le Lavoir Moderne : industrialiser le pressing des particuliers

Luc BELLIÈRE

Gérant d'Ana Bell Group, président de Sofraser

2 octobre 2019

Le management du groupe Ana Bell, l'obsession du partage

Eva AZOULAY

Vice-présidente RH, directrice du Talent Acquisition, groupe L’Oréal

7 octobre 2019

L'intelligence artificielle pour diversifier les recrutements chez l'Oréal

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc