• Journal n°144 Juillet / Août 2020

    Le temps de la distanciation

  • Rencontre avec Arnaud Montebourg

    Arnaud Montebourg partage sa vision de l'industrie et de l'entrepreneuriat, et revient sur son parcours, de son expérience d'élu local à sa vie d'entrepreneur, en passant par ses années à la tête du ministère du Redressement productif.

    Lire la suite

    Rencontre avec Arnaud Montebourg

  • Dieppe Côte d’Albâtre fait le plein d’énergie

    Entre terre et mer, le territoire dieppois est caractérisé par une forte présence de l’industrie (30 % de l’emploi local), de la filière énergie (nucléaire et énergies renouvelables) et des activités maritimes. Les 650 entreprises industrielles comprennent à la fois des PME et des filiales de grands groupes comme Toshiba. Depuis une dizaine d’années, environ 400 d’entre elles se sont regroupées, soit par zones d’activités, soit par filières. Les dispositifs Territoires d’industrie et Fabrique prospective ont été facilement adoptés par ce territoire ayant déjà une culture bien ancrée du travail en réseau.

  • Les entreprises libérées, futur des organisations ou impasse ?

    Les entreprises libérées séduisent ou agacent : panacée permettant de rompre avec le taylorisme pour les uns, impasse selon d’autres. Des chercheurs de diverses disciplines sont allés observer de près une vingtaine d’entre elles et deux livres récents présentent leurs travaux : Libérer l'entreprise, ça marche ?, sous la direction de Laurent Karsenty (Octarès, novembre 2019) et Au-delà de l'entreprise libérée. Enquête sur l’autonomie et ses contraintes, de Thierry Weil et Anne-Sophie Dubey (Presses des Mines, janvier 2020). Concrètement, comment organiser la transition vers l’autonomie ? Quels nouveaux rôles pour l’encadrement ? Comment accompagner les collaborateurs ?

    Cette soirée est organisée en partenariat avec l’ACADI, la chaire Futurs de l’industrie et du travail (MINES ParisTech-PSL) et Intermines.

    Programme

    17h30 : accueil des participants
    18h00-20h15 : brève introduction, puis deux tables rondes d’environ 1 heure chacune :

    • Comment va-t-on vers l’autonomie ?

    Avec : Béatrice Barras (Ardelaine), Patrick Gilbert (professeur de gestion à l’IAE de Paris), Patrick Negaret (directeur général de la CPAM des Yvelines) et Laurent Karsenty (animateur de la table ronde)

    • Quel nouveau rôle pour l’encadrement ?

    Avec : Aliette Mousnier-Lompré (Orange Business Services), Jean-Yves Bonnefond (enseignant-chercheur au Cnam), Matthieu Battistelli (doctorant au CRG, École polytechnique) et Anne-Sophie Dubey (animatrice de la table ronde)

    20h15 : cocktail

  • L'esprit pionnier de Watt&Well

    Remarquant que dans les entreprises la conversion d'énergie est mal traitée, Benoit Schmitt décide d'en faire son cœur de métier et crée avec un camarade Watt&Well. Ils commencent par une activité de conseil et trouvent de bons clients dans le pétrole et l'aéronautique, puis c'est une success story avec Renault. Entrevoyant des marchés importants, ils décident de passer à la fabrication. L'entreprise double de taille chaque année et conquiert un marché prestigieux pour Ariane 6...

    Interview de Benoit Schmitt, président de Watt&Well, réalisée dans le cadre du séminaire Aventures Industrielles coorganisé par l'École de Paris du management, l'UIMM et La Fabrique de l'industrie.

    Lire la suite

    L'esprit pionnier de Watt&Well

Nos dernières parutions - Tout voir

Transformations numériques : les découvertes révélées par la saison 4


La quatrième saison du séminaire Transformations numériques a été l’occasion d’étudier de nombreux cas d’institutions anciennes ébranlées et revivifiées par la révolution numérique : le magasin, la poste, la gare, l’enseignement par correspondance, la gendarmerie… Cette quatrième saison, riche en rebondissements, aura encore une fois permis de formaliser quelques enseignements et de réaliser quelques découvertes. Christophe Deshayes débute cette synthèse par une brève session de “détox” qui questionne le bien-fondé de certaines légendes de l’économie digitale. Une façon de prendre de la distance avec le discours dominant, avant de s’attaquer à des pièces de choix particulièrement consistantes comme les data, l’intelligence artificielle, l’innovation digitale, et de terminer par quelques mises à jour des thèmes abordés les années précédentes, comme les plateformes et l’hybridation entre physique et digital (phygital).

Toujours plus de besoins, toujours moins de subsides : la Croix-Rouge se réinvente


La Croix-Rouge française, avec 18 000 salariés, 60 000 bénévoles, 20 000 étudiants et 1 750 implantations, est confrontée à une augmentation sans précédent des besoins – prise en charge de 1 million de personnes supplémentaires en dix ans, exclusion numérique de 13 millions de personnes, etc. –, alors que les subventions, la générosité du public ainsi que le bénévolat baissent. Elle se redéfinit en se voulant plus agile et en développant des coopérations avec des associations et des entreprises, car les défis sont tels que le monde associatif ne suffira pas à y répondre. Il lui faut innover pour s’adapter à l’évolution des besoins et des techniques, et être à l’écoute d’acteurs du terrain qui, au contact des besoins, inventent des solutions. Elle vient ainsi de créer un accélérateur d’innovation sociale, à la fois tourné vers l’intérieur, pour favoriser l’intrapreneuriat de ses salariés et bénévoles, et vers l’extérieur, pour soutenir et accompagner des projets entrepreneuriaux d’associations ou même d’entreprises.

Nos dernières parutions

L'Édito

Le temps de la distanciation

  • -

Edito du 1 juillet 2020

Se souvenir du Titanic ; Effondrement des certitudes ; De routine en chaos ; L’incertitude, ce tsunami Basculements merveilleux.

Ce ne sont pas là les titres de la presse quotidienne des semaines passées, mais ceux du Journal de l’École de Paris du management les mois qui ont précédé la crise de la Covid-19. Les relire après que la pandémie s’est invitée dans notre monde est troublant. Faut-il y voir une capacité ou une posture d’augure de l’École de Paris ? Ça serait contraire à l’humilité qui guide notre démarche. Tout juste pourrait-on concéder que notre approche capte des signaux faibles dans l’analyse des organisations.

Lorsqu’un virus venu d’Asie déboule comme un tsunami dans nos modes de vie, ce sont mille certitudes qui sont ébranlées. Des routines qui s’y étaient installées confortablement, parfois jusqu’à l’absurde, sont balayées, et c’est un système qui paraissait insubmersible qui semble pouvoir sombrer comme le Titanic, ou basculer dans un mode nouveau, pourquoi pas meilleur.

Nous ne sommes pas passifs, nous ne savons pas l’être, le confinement nous l’a rappelé. Nous, les êtres humains, avons besoin de construire notre monde et de nous organiser pour le faire. Nous participerons à écrire la suite de l’histoire, et ne nous la laisserons pas imposer par le virus. Mais comment agir quand notre référentiel – nos connaissances, nos certitudes, nos principes – s’est trouvé balayé ? Sur quoi se fonder ?

Ce numéro présente cinq textes qui n’ont pas vocation à dire l’avenir ni à apporter des solutions clés en main, mais qui, selon la tradition de l’École de Paris, donnent des clés de compréhension des phénomènes organisationnels et sociaux dans l’analyse de l’action.
 
Si une crise comme celle de la Covid-19 est inédite, les mécanismes à l’œuvre ne le sont pas. Le cyclone Katrina et sa gestion éclairent la situation actuelle et la difficulté structurelle des dirigeants à appréhender les crises ou la frontière qui se joue entre héroïsme et obéissance. La crise sanitaire a mis à bas bon nombre des règles auxquelles nous nous accrochons dans une illusion de maîtrise et un refus du non-déterminisme. Le deuxième texte interroge notre rapport aux règles, et son action stérilisante sur la créativité. La Covid-19 a mis en avant notre dépendance aux importations dans des secteurs stratégiques comme le médicament. En présentant l’histoire d’Axyntis, leader de la chimie fine, David Simonnet montre comment s’y sont imposées la diversification géographique et la relocalisation, et comment il aborde cette dernière avec ses clients de l’industrie pharmaceutique.

Une lumière a été jetée sur les EHPAD, dramatique. Ségolène Lebreton invite à mieux saisir la réalité de ces établissements, et, dans une projection qui peut paraître ironique, montre comment s’y traite l’articulation entre sécurité et liberté. Alors que la crise accroîtra les difficultés budgétaires des acteurs de l’audiovisuel public, qui ont pu jouer un rôle de phare dans la nuit du confinement, comment continueront-ils à assurer des missions appelées à se redéfinir ? En la matière, la BBC constitue une source d’inspiration.

Sitôt passée la sidération du confinement, l’espace médiatique a été envahi par mille donneurs de leçons et autant d’oracles, souvent des acteurs qui n’avaient jamais été privés ni de parole ni d’influence. Le virus nous a légué l’impératif de distanciation, avec lequel nous allons devoir vivre pendant un certain temps. La mise à mal de nos certitudes et de nos principes d’action suggère d’appliquer la même règle à notre analyse du monde à venir. Lorsque nombre de nos vérités s’effritent, la vérité du terrain, de l’action concrète, prend encore plus de valeur.

Thomas Paris

Édito du Journal de l'École de Paris du management n° 144

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

La Chine se libéralise, est-ce une bonne nouvelle ?

Séminaire Vie des affaires


Par

  • Arthur NEVEU, Ingénieur des mines, auteur d’un mémoire sur l’ouverture de la Chine à la concurrence
  • Victor MABILLE, Ingénieur des mines, auteur d’un mémoire sur l’ouverture de la Chine à la concurrence
Débat sur les voies de la transition énergétique

Séminaire L'École de Paris vient chez vous


Par

  • Didier HOLLEAUX, Directeur général adjoint d’ENGIE
  • Jean-Marc JANCOVICI, Associé-fondateur de Carbone 4, président de The Shift Project et professeur à MINES ParisTech
Le capital-investissement peut-il soutenir durablement la croissance par l’innovation ?

Séminaire Management de l'innovation


Par

Accéder à l'agenda

Ouvrages

Idées – Tome II

  • -

Par Claude Riveline

À travers sa page Idées, publiée dans Le Journal de l’École de Paris du management depuis sa création en 1997, Claude Riveline nous fait part de ses réflexions éclairantes et malicieuses sur le management. Tout comme celles du premier tome, paru en 2006, les Idées de ce second tome sont à découvrir ou redécouvrir à la lumière du monde actuel.
 

Pour commander cet ouvrage ou pour tout renseignement, merci de nous envoyer un mail à l'adresse contact@ecole.org

Tarifs
Idées Tome II, version papier + numérique : 10 € + frais de port*

Offre spéciale : Idées Tome I + Idées Tome II (papier + numérique) : 15 € + frais de port*
Idées Tome II, version numérique (formats disponibles : PDF, EPUB et MOBI) : 7 €

* Frais de port : 5€ pour 1 à 2 exemplaires – à partir de 3 exemplaires et pour les envois à l'étranger, merci de nous contacter.

 

 

Ouvrages

Prise de parole

1758 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Christophe BERTHONNEAU

Président, directeur artistique du Groupe F

8 septembre 2020

Une flamme et mille défis : enchanter les grands événements du monde

Victor MABILLE

Ingénieur des mines, auteur d’un mémoire sur l’ouverture de la Chine à la concurrence

11 septembre 2020

La Chine se libéralise, est-ce une bonne nouvelle ?

Arthur NEVEU

Ingénieur des mines, auteur d’un mémoire sur l’ouverture de la Chine à la concurrence

11 septembre 2020

La Chine se libéralise, est-ce une bonne nouvelle ?

Didier HOLLEAUX

Directeur général adjoint d'ENGIE

15 septembre 2020

Débat sur les voies de la transition énergétique

Jean-Marc JANCOVICI

Associé-fondateur de Carbone 4, président de The Shift Project et professeur à MINES ParisTech

15 septembre 2020

Débat sur les voies de la transition énergétique

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc