• Journal n°136 mars/avril 2019

    De routine en chaos

  • AMP Saumon de France : une “multi-diversification” pour réduire les risques

    Face aux effets de la surpêche, Pascal Goumain a pressenti que la pisciculture deviendrait un recours indispensable pour le marché agroalimentaire. Il s'est appuyé sur sa précédente expérience dans ce domaine pour créer, en 2013, AMP Saumon de France, avec une stratégie multi-espèces, multi-sites, multi-technologies pour réduire les risques...

    Interview de Pascal Goumain, PDG d’AMP Saumon de France, réalisée dans le cadre du séminaire Aventures industrielles coorganisé par l'École de Paris du management, La Fabrique de l'industrie et l'UIMM.

    Lire la suite

    AMP Saumon de France : une “multi-diversification” pour réduire les risques

  • L'architecture d'un monde liquide

    Séminaire Création

    Inauguré en 2016, et rapidement investi par Facebook et BlaBlaCar, l’immeuble parisien #cloud.paris est devenu la référence des espaces de bureaux de nouvelle génération. Ce succès retentissant de l’agence PCA-STREAM trouve ses racines dans une histoire et une approche singulières. L’acte de concevoir et de construire y est vu comme un champ de réflexion transdisciplinaire sur la ville de demain. Le monde change, radicalement ; il devient complexe, liquide ; nous y perdons nos repères. Ces convictions sont au coeur du parcours de Philippe Chiambaretta, qui renonça, à 37 ans, à une situation établie pour aborder un métier qui réponde à ses aspirations personnelles de créativité, de mobilisation de multiples formes de connaissance, de questionnement du sens… Elles irriguent le modèle de l’agence, qui mène une réflexion permanente sur le monde et le changement de paradigme dans lequel l’univers du travail est embarqué, pour nourrir des propositions à même d’accompagner ces mutations.

  • « L’entreprenant est un jardinier »


    Pour découvrir l'interview de Michel Berry sur le Jardin des entreprenants, parue dans le blog de Bruno Rousset, cliquez ici

  • Que retenir de l’aventure de Nokia dans les mobiles ?

    Mercredi 20 mars 2019 | 8h45-10h45 Séminaire Management de l'innovation

    « Plus on s’élève, plus dure sera la chute ! » En une douzaine d’années seulement, Nokia a connu une ascension éclatante, suivie d’un effondrement tragique. Ses dirigeants surent saisir l’opportunité du développement des communications mobiles et mettre en place une chaîne de création de valeur capable de grandir très rapidement. Cependant, l’analyse des décisions prises entre 2003 et 2008 illustre comment des dimensions organisationnelles, relationnelles et émotionnelles se sont combinées pour condamner Nokia. L’entreprise sera ensuite incapable de faire face à l’irruption de nouveaux concurrents mettant en œuvre des stratégies d’enveloppement, comme Apple et Google, ou proposant d’excellents produits à des prix plus bas, comme Samsung, LG et les nouveaux producteurs chinois. À partir de cet exemple, Yves Doz présentera quelques propositions plus générales sur la qualité du management stratégique.

  • ABCM mise sur la robotique et l'autonomie des opérateurs

    Jeudi 21 mars 2019 | 8h30 - 10h30 Séminaire Aventures industrielles

    Landry Maillet reprend ABCM en 2013. Dès 2014, le projet est de basculer vers l’Industrie du Futur. Pour impliquer tout le monde, l’entreprise commence par réaliser un film en réalité virtuelle montrant le projet. Ce film est alimenté avec les suggestions des salariés. Ensuite, l’intégration d’un robot par an se fait en coopération étroite avec les opérateurs de production. L’automatisation est accompagnée d’une montée en compétence et d’un développement des équipes. En interne, les opérateurs sont accompagnés vers l’autonomie tandis qu’en externe, ils suivent des formations techniques chez les fournisseurs de machines. En ce qui concerne le recrutement, dans un contexte de pénurie de compétences, l’entreprise propose aux candidats de suivre une formation en alternance d’un an, en partenariat avec l’AFPI et conduisant à une certification CQPM. En cas de succès, ils sont embauchés en CDI. L’entreprise a été labellisée Vitrine de l’Industrie du Futur en juin 2018.

Nos dernières parutions - Tout voir

Quel futur de la mobilité dans les grandes villes ?


Le développement de robotaxis partagés et de robobus pourrait considérablement transformer la mobilité dans les grandes agglomérations. C’est en tout cas l’analyse de Patrick Pélata, récemment présentée à l’École de Paris du management, dans laquelle sont citées plusieurs simulations (Lisbonne, Helsinki, Auckland, Austin) qui laissent entrevoir une forte amélioration de la circulation et du stationnement, une augmentation substantielle du trafic des trains de banlieue et la disparition des bus les moins rentables. Où ces bouleversements se produiront-ils ? À Singapour, à Helsinki, en Chine, aux États-Unis ? Comment la France et l’Europe s’y préparent-elles ? Une bataille pour la mobilité se dessine et les nouveaux acteurs de plateforme tels que Google et Uber, ainsi que les transporteurs publics – comme la RATP –, les constructeurs automobiles, les loueurs, les énergéticiens – comme ENGIE – ou les fournisseurs de smart cities ont un rôle à y jouer.

Vitamine T : les secrets d'une insertion à grande échelle


Ranimer l’étincelle chez ceux qui se pensent exclus à jamais du travail et de la société – et que les politiques publiques entretiennent d’une certaine façon dans la précarité –, c’est le pari fou qu’a lancé André Dupon il y a quarante ans, alors que commençait à déferler la vague du chômage. Pas question pour autant de faire l’aumône ni de nourrir une compassion dégagée de toute préoccupation économique. Au contraire, André Dupon est convaincu que c’est grâce à la performance économique la plus exigeante que son entreprise imprimera l’impact social le plus marquant. Quarante ans plus tard, son groupe Vitamine T compte 18 filiales, affiche un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros et porte notamment des innovations technologiques dans le recyclage des déchets électroniques. C’est aussi un laboratoire d’innovation sociale bien décidé à briser cette “préférence pour le chômage” qui caractérise la France, à l’heure où les entreprises peinent pourtant à pourvoir leurs emplois.

Nos dernières parutions

L'Édito

De routine en chaos

  • -

Edito du 18 mars 2019

Le dérèglement d’un système social est un thème classique de la littérature et du cinéma. Un étranger arrive dans la ville, une erreur administrative se produit dans une bureaucratie extrême, une bouteille de Coca Cola tombe du ciel au milieu d’une tribu primitive coupée du monde… et un monde qui paraissait harmonieux entre dans un état de perturbation qui en menace l’équilibre, voire la survie.

Sont présentées ici des variations de ce thème dans des contextes d’organisations. Pour Total, l’élément perturbateur est l’inversion des cours du brut à partir de 2005. Dans l’histoire racontée par Laurent Pellegrin, il s’agit de l’arrivée en préfecture d’un cadre doté d’un goût pour le commandement éprouvé en compagnie de gendarmerie. Un robot de soudure fut introduit chez CFT Industrie, TPE spécialisée dans le cintrage et l’assemblage de fils, tubes et tôles. Le monde de l’agriculture est perturbé d’abord par une évolution des mentalités, des comportements, des attentes, ainsi que par des fluctuations de marché ; il l’est ensuite par l’introduction de nouvelles technologies pour répondre à ces enjeux. Dans le jeu vidéo, enfin, la perturbation est permanente, les technologies évoluant sans cesse.

Dans la littérature, l’élément perturbateur peut être perçu comme maléfique ou bénéfique, le système dans lequel il intervient se révélant en négatif comme réellement harmonieux ou au contraire totalement oppressant. Cette ambiguïté n’est sans doute pas pour rien dans la tendance insidieuse qu’ont les organi­sations à chercher la régularité, à se doter de routines... Il y a quelque chose de confortable à un monde réglé comme du papier à musique, sans fausse note possible, mais sans aucune possibilité de nouveauté, de surprise, d’écart, d’adaptation.

Dans la vie des organisations, le confort a une connotation négative. Il sous-entend assoupissement, parfois sclérose. Au début de l’histoire racontée par son PDG Patrick Pouyanné, Total vit confortablement et les règles et outils construits pour évoluer dans ce contexte coupent l’entreprise du réel. Le monde que découvre Laurent Pellegrin en arrivant dans la préfecture de Tulle « vit sur un mode assez consensuel et il ne se passe pas grand-chose ». La fonction publique, empire de la régularité, pose la question de sa mise en mouvement.

Sans licencier, Total est devenue la plus rentable des cinq majors pétrolières. Les services publics se sont mis en mouvement au passage de Laurent Pellegrin. Le robot de CFT Industrie a entraîné une trans­formation complète de l’entreprise, au point qu’elle pourrait revendiquer le qualificatif d’entreprise libérée. L’agriculture se réinvente, elle devient frugale et précise. Et Ubisoft continue à s’approprier les technologies disruptives pour enrichir ou faire évoluer ses propositions dans le divertissement.

Hors des règles, le chaos ! C’est en tirant parti de ce chaos que Patrick Pouyanné a relancé Total. Car les épisodes chaotiques de la vie des organisations peuvent permettre de remettre à plat leurs règles, de remobiliser les acteurs, les sortir d’un certain confort, leur permettre de redonner un sens, de retrouver curiosité et goût de l’apprentissage. De redonner vie.

À la fin de l’histoire, dans la littérature, l’étranger est parti ou s’est installé. L’erreur administrative a été réparée, ou ne l’a pas été. Le corps étranger a été éjecté, ou absorbé. Dans tous les cas, un nouvel équilibre s’est installé, un nouvel ordre social. Le calme est revenu, pour le meilleur… En attendant un prochain chaos peut-être salvateur.

Thomas Paris

Édito du Journal de l'École de Paris du management n°136

Lire la suite

Prochaines séances - Tout voir

Que retenir de l’aventure de Nokia dans les mobiles ?

Séminaire Management de l'innovation


Par

  • Yves DOZ, Professeur titulaire de la chaire Solvay d’innovation technologique à l’INSEAD
Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Séminaire Économie et sens


Par

  • Alain JEAN, Ex-conseiller municipal de Moissac, inventeur du système Rézo Pouce
  • Antoine HÉRON, Président de l’ICDD (Innovation citoyenne au service du développement durable)
  • Jaouad ZEMMOURI, Chef d'entreprise et professeur à l’université de Lille, inventeur du procédé Terraosave
La formation par correspondance réinventée

Séminaire Transformations numériques


Par

Accéder à l'agenda

Le journal

De routine en chaos

  • -

N°136 | mars/avril 2019

Consulter les anciens numéros

Ouvrages

Rage d'exister

  • -

Par Philippe Aubert et Sophie Jacolin

« Aujourd’hui, je prends la parole avec ce livre. Je prends la parole, pourtant jamais je n’ai prononcé le moindre mot.

De moi, on ne comprend de prime abord que le rire – je n’en suis pas avare – et, pour peu qu’on y prête attention, mes enthousiasmes et mes refus. Pour le reste, mes interlocuteurs doivent s’armer de patience et me décrypter lettre après lettre, mot après mot. Certains maîtrisent mon code : l’épellation.
Avec les autres, je coiffe ma “licorne”, un casque doté d’une antenne grâce à laquelle je parviens, au prix d’efforts, à désigner des lettres sur un panneau fixé devant mon fauteuil.

Je m’appelle Philippe Aubert, j’ai 37 ans et je suis invalide moteur cérébral athétosique – quatre mots auxquels on voudrait souvent réduire mon identité. En d’autres termes, je suis rivé à un fauteuil et j’ai besoin d’aide pour le moindre geste de la vie quotidienne : me lever, me coucher, me nourrir, faire ma toilette, lire, écrire, aller au cinéma, boire un verre avec des amis, voyager… Ceci est mon histoire, mon combat, l’expression de ma rage d’exister ! » – Philippe Aubert

 

Ce livre est né d'une séance marquante du séminaire Économie et sens, « Je serai un homme », qui nous fit découvrir le destin hors du commun de Philippe Aubert et Jackson Sintina.

 

Ouvrages

Prise de parole

1678 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Yves DOZ

Professeur titulaire de la chaire Solvay d’innovation technologique à l’INSEAD

20 mars 2019

Que retenir de l’aventure de Nokia dans les mobiles ?

Landry MAILLET

PDG d’ABCM

21 mars 2019

ABCM mise sur la robotique et l'autonomie des opérateurs

Antoine HÉRON

Président de l’ICDD (Innovation citoyenne au service du développement durable)

3 avril 2019

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Alain JEAN

Ex-conseiller municipal de Moissac, inventeur du système Rézo Pouce

3 avril 2019

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Jaouad ZEMMOURI

Chef d'entreprise et professeur à l’université de Lille, inventeur du procédé Terraosave

3 avril 2019

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc