• XTU, les architectes du vivant

    Mardi 31 janvier 2017 | 8h45 - 11h00 Séminaire Création

    Architecte de la Cité du Vin à Bordeaux, l’agence XTU s’était déjà fait connaître par ses biofaçades. Dans les espaces entre les verres des doubles vitrages, des micro-algues se développent, offrant solutions énergétiques et ressources d’une richesse inexploitée. La démarche et l’esprit de XTU sont à l’image des micro-algues colonisant les espaces vides. L’agence s’est construite en exploitant les interstices, ceux des territoires inexplorés par ses compétiteurs dans les grands concours internationaux, ceux du temps libre que la vie cyclique d’une jeune agence laisse trop souvent, par une quête permanente d’ouverture, d’exploration. Les projets culturels à l’international sont des occasions de voir le monde autrement, les grands projets de trouver de nouvelles solutions, les concours hyperconcurrentiels d’innover en allant à la rencontre de spécialistes hors de son métier. Une architecture vivante qui se donne désormais pour mission de changer le monde.

     

  • Journal n°126 juillet/août 2017

    Le pouvoir d'agir

  • L'épave miraculeuse d'Arles

    Mardi 12 septembre 2017 | 8h45 - 11h00 Séminaire Création

    En 2004 est découvert sous le Rhône, à Arles, un chaland antique romain dans un état de conservation exceptionnel. Cette épave enfouie depuis deux mille ans voit sa destinée transformée par la perspective de Marseille-Provence, Capitale européenne. Après une campagne de fouille qui confirme l’immense potentiel du chaland, un budget conséquent est accordé pour le renflouage, la restauration et la présentation au public dans une aile du musée de l’Arles antique qui devra être spécialement construite pour l’occasion. Dès lors, l’épave dormante se transforme en fée qui change les destins de ceux qui se penchent sur son berceau. Les scientifiques mobilisés pour les opérations y trouvent un objet exceptionnel qui fait évoluer les méthodes et les connaissances dans de nombreuses disciplines. Les conservateurs en tirent des connaissances précieuses sur le monde antique. Et le musée départemental Arles antique tient là une pièce extraordinaire qui va lui permettre de changer d’échelle, en s’agrandissant et en s’inscrivant dans le réseau mondial des grands musées de l’Antiquité.

     

  • Naissance d'un showrunner français ou l'art de produire des séries TV

    Mardi 02 mai 2017 | 9h30 - 11h30 Séminaire Création

    Les séries se sont affirmées comme un espace de création dynamique, mondialisé, dans lequel la production française a tardé à exister. Avec un accueil critique très positif en France et aux États-Unis, ainsi que des ventes record à l’international, Le Bureau des légendes, produit pour Canal+, a fait entrer la France dans le paysage mondial des séries. Cette émergence a exigé la mise en place de modes d’organisation renouvelés. Elle a imposé le délaissement d’un snobisme du monde du cinéma vis-à-vis de la télévision et nécessité qu’émergent des showrunners. Ce métier nouveau, clé de voûte de la production des séries, est au carrefour de la production et de la création. Pour un réalisateur français, il imposait d’accepter d’assumer pleinement des fonctions d’organisation et de management, tout en déléguant certaines prérogatives de création. C’est cette mutation qu’a opérée Éric Rochant, cinéaste devenu l’un des premiers showrunners à la française.

Nos dernières parutions - Tout voir

XTU, les architectes du vivant


Architecte de la Cité du Vin à Bordeaux, l’agence XTU s’était déjà fait connaître par ses biofaçades. Dans les espaces entre les verres des doubles vitrages, des micro-algues se développent, offrant solutions énergétiques et ressources d’une richesse inexploitée. La démarche et l’esprit de XTU sont à l’image des micro-algues colonisant les espaces vides. L’agence s’est construite en exploitant les interstices, ceux des territoires inexplorés par ses compétiteurs dans les grands concours internationaux, ceux du temps libre que la vie cyclique d’une jeune agence laisse trop souvent, par une quête permanente d’ouverture, d’exploration. Les projets culturels à l’international sont des occasions de voir le monde autrement, les grands projets de trouver de nouvelles solutions, les concours hyperconcurrentiels d’innover en allant à la rencontre de spécialistes hors de son métier. Une architecture vivante qui se donne désormais pour mission de changer le monde.

 

Naissance d'un showrunner français ou l'art de produire des séries TV


Les séries se sont affirmées comme un espace de création dynamique, mondialisé, dans lequel la production française a tardé à exister. Avec un accueil critique très positif en France et aux États-Unis, ainsi que des ventes record à l’international, Le Bureau des légendes, produit pour Canal+, a fait entrer la France dans le paysage mondial des séries. Cette émergence a exigé la mise en place de modes d’organisation renouvelés. Elle a imposé le délaissement d’un snobisme du monde du cinéma vis-à-vis de la télévision et nécessité qu’émergent des showrunners. Ce métier nouveau, clé de voûte de la production des séries, est au carrefour de la production et de la création. Pour un réalisateur français, il imposait d’accepter d’assumer pleinement des fonctions d’organisation et de management, tout en déléguant certaines prérogatives de création. C’est cette mutation qu’a opérée Éric Rochant, cinéaste devenu l’un des premiers showrunners à la française.

Ubériser l'État ?


Weber est-il mort, tué par Uber ? L’idéal d’une Administration démocratique, prônée par le sociologue allemand au XIXe siècle, égalitaire face aux citoyens parce qu’impersonnelle, cède en effet peu à peu du terrain devant les avancées de nouveaux services numériques privés qui répondent au plus près aux attentes singulières d’une multitude de clients. Face au péril, l’État ne doit-il pas alors reconsidérer en profondeur ses modes d’action, au prix de remettre en cause ses propres fonctionnements internes ? C’est ce que pensent deux jeunes fonctionnaires qui suggèrent que l’État ne limite pas sa modernisation à des adaptations locales mais s’inspire des stratégies des grands acteurs du numérique pour préserver son rôle de gardien des valeurs démocratiques.

Connaissance client et communautés : le cocktail digital détonnant de Pernod Ricard


Pernod Ricard gère un portefeuille unique de marques mondiales, dont chacune entretient un imaginaire fort avec ses consommateurs, parfois experts passionnés. Avec le digital, l’entreprise a su se rapprocher de ceux-ci, en limitant le rôle des agences de communication et en valorisant les interactions au sein de communautés très actives. Après des années d’écoute de ses consommateurs sur les réseaux sociaux, Pernod Ricard a fait émerger de ces données une cartographie à jour de l’imaginaire attaché à chaque marque dans chaque pays et des moments spécifiques de consommation. Cette connaissance affinée permet au Groupe de mener des actions de marketing plus pertinentes, plus réactives et moins onéreuses : un bond en avant.

Nos dernières parutions

Prochaines séances - Tout voir

L'épave miraculeuse d'Arles

Séminaire Création


Par

  • Fabrice DENISE, Responsable du Service des publics, musée départemental Arles antique
  • Sabrina MARLIER, Archéologue, responsable de l’opération Arles-Rhône 3, musée départemental Arles antique
"Désuberiser" les taxis parisiens : la transformation de G7

Séminaire Transformations numériques


Par

Industrie du Futur et émancipation des PMI :  une voie pour la croissance ?

Séminaire Ressources technologiques et innovation


Par

  • Daniel RICHET, Directeur du développement régional et international, Cetim
Changer de cap dans la tempête : un groupe agroalimentaire face à la fin des quotas laitiers

Séminaire Aventures industrielles


Par

  • Sandrine DELORY, Directrice générale de La Prospérité Fermière - Ingredia

Accéder à l'agenda

Le journal

Le pouvoir d'agir

  • -

N°126 | juillet/août 2017

Consulter les anciens numéros

L'Édito

Concilier compétitivité et solidarité

  • -

Edito du 17 mars 2017

Notre débat “L'inutilité, fléau moderne” a montré qu'il fallait concilier compétitivité et solidarité. 

Compétitivité pour faire en sorte que les productions de biens et services exposées à la concurrence internationale résistent à la pression, et même se développent. Elles sont en effet pourvoyeuses d'emplois directs et indirects et créatrices de richesses économiques. 

Solidarité, car les entreprises sont loin de pouvoir employer tout le monde. Il faut donc développer les productions de biens et services enracinées localement. On en connaît déjà : artisanat, commerce, TPE, administrations, services de santé, Économie sociale et solidaire, etc. Mais elles ne suffisent pas puisqu'il reste encore beaucoup d'inactifs. Si l'on veut éviter que l'inactivité menace la paix civile, il faut donc inventer de nouvelles solidarités et des mécanismes pour rendre finançables des activités utiles mais délaissées, comme dans l'opération territoires zéro chômeurs de longue durée. 

L'École de Paris se veut un lieu où les idées et les expériences nouvelles sont repérées et débattues. Elle a déjà abondamment montré, au rebours des idées reçues, qu'on peut être compétitif sans vivre en enfer et solidaire tout en étant efficace.  

Michel Berry

Lire la suite

Ouvrages

La course à l'innovation, la saga d'Antonio Molina

  • -

Par Luc Hossepied

À l’heure où la métropole lilloise et la nouvelle région des Hauts-de-France veulent s’affirmer comme territoires créatifs et innovants, au rendez-vous du développement durable et de la Troisième Révolution Industrielle, il est un patron – jusqu’ici discret – qui dit « Chiche ! » : Antonio Molina. Avec son programme Verem, il veut faire de la métropole lilloise la capitale mondiale des matériaux complexes. Président du groupe de peinture Mäder et du pôle de compétitivité Matikem, le pôle des matériaux, de la chimie verte et de l’innovation, Antonio Molina a un parcours professionnel atypique. Nous suivons ici son parcours sans faute, ses engagements, ses valeurs ; nous découvrons un ingénieur et un financier. Trop beau ? En acceptant la présidence du pôle Matikem, Antonio Molina veut y appliquer les recettes qui lui ont réussi dans le groupe Mäder : recherche, innovation, partenariat université / entreprise. Dans une région marquée par les mutations du xxe siècle, des hommes comme Antonio Molina sont précieux. Son programme Verem articule les enjeux de l’innovation, de la compétitivité et de l’équité territoriale. Tout ce qu’il aime !

 

Ouvrages

Prise de parole

1586 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Fabrice DENISE

Responsable du Service des publics, musée départemental Arles antique

12 septembre 2017

L'épave miraculeuse d'Arles

Sabrina MARLIER

Archéologue, responsable de l’opération Arles-Rhône 3, musée départemental Arles antique

12 septembre 2017

L'épave miraculeuse d'Arles

Nicolas BANCHET

Ex-directeur général délégué de G7

18 septembre 2017

"Désuberiser" les taxis parisiens : la transformation de G7

Daniel RICHET

Directeur du développement régional et international, Cetim

20 septembre 2017

Industrie du Futur et émancipation des PMI : une voie pour la croissance ?

Sandrine DELORY

Directrice générale de La Prospérité Fermière - Ingredia

21 septembre 2017

Changer de cap dans la tempête : un groupe agroalimentaire face à la fin des quotas laitiers