• La construction de l'inconcevable domination du hand français

    Jeudi 27 avril 2017 | 10h30 - 12h30 Séminaire Création

    En 1995, l’équipe de France masculine remportait son premier titre majeur en handball. Depuis, avec douze finales internationales disputées et onze titres, elle a marqué de son empreinte l’histoire du sport mondial et fait désormais figure d’épouvantail dans sa discipline. Du point de vue du management, cette longue domination a quelque chose d’inconcevable, tant la compétition de haut niveau est une affaire de détails infimes, tant le sport collectif est une question d’alchimie subtile entre des individus tous différents, et est, par nature, cyclique. Cette histoire collective a ainsi été écrite par plusieurs générations de joueurs et d’entraîneurs, ce qui semble en faire, plus qu’une machine à gagner, une machine capable de transcender les talents individuels au service d’une équipe. 

     

  • Fermes de Figeac, de la coopérative agricole à la fabrique de territoire

    Mercredi 19 avril 2017 | 9h00 - 11h30 Séminaire Économie et sens

    Aux confins du Lot et du Cantal, le territoire agricole de Figeac s’est délité au fil des ans. Isolement géographique relatif, crise favorisant les filières agro-industrielles au détriment des petites exploitations, départ des jeunes, tout concourt alors à une perte de valeur ajoutée croissante. Une petite coopérative agricole va cependant refuser cette spirale du déclin. Si un cluster industriel, la Mecanic Vallée, apporte de l’emploi, la coopérative va innover, créer du lien social, en promouvant les circuits courts alimentaires et en valorisant des produits locaux dans ses magasins. Les énergies vertes (solaire, bois local, éolien) deviendront source d’innovation et de projets collectifs. D’autres initiatives légitimes et cohérentes portées en commun verront bientôt le jour avec la création en 2015 du PTCE Figeacteurs : ouverture d’une crèche et d’une conciergerie avec les industriels, création d’un fablab avec l’IUT, etc. Les entreprises et les habitants se sont réapproprié leur territoire et l’ont revitalisé grâce à des démarches collectives et innovantes. Quant à la petite coopérative, elle est plus prospère que jamais !

     

  • Les entrepreneurs et intrapreneurs du changement

    Mercredi 22 mars 2017 | 8h45 - 10h45 Séminaire Ressources technologiques et innovation

    Associant l’efficacité économique des entreprises à l’utilité sociale des associations, les entrepreneurs du changement veulent concilier business et sens. Leurs initiatives contribuent à résoudre des problèmes de société. Certaines sont menées au sein d’entreprises existantes, dont elles développent les capacités d’innovation. En trois ans d’existence, Ticket for Change a touché 40 000 personnes dans 160 pays, permettant la création de plus de 300 projets dont 130 accompagnés individuellement et dans la durée, parfois en collaboration avec des entreprises comme Renault, Schneider Electric, Danone, Orange, Carrefour, Google ou Coca-Cola. Comment concilier rentabilité et impact positif ? Qui sont les entrepreneurs du changement ? Quelles sont leurs compétences ? Comment créer un mouvement dans son entreprise pour favoriser l’agilité, l’innovation et nourrir la recherche de sens ? Où cela peut-il marcher ? Quels écueils éviter ? Que peuvent y gagner les entreprises “classiques” ?

Nos dernières parutions - Tout voir

Lippi : transformation digitale, saison 2 ?


Lancée en 2008, la transformation digitale de l’entreprise Lippi, une PMI charentaise de deux cents personnes, a été saluée par de très nombreux observateurs comme l’une des plus complètes et des plus radicales en France. Frédéric Lippi, élu “boss digital” de l’année 2014 par l’Usine Digitale, revient à l’École de Paris pour expliquer comment les modifications d’attitudes qui ont émergé avec la culture digitale, l’ouverture sur l’extérieur, l’information partagée et les réflexes d’entraide ont complètement modifié le soutien que l’ensemble de l’entreprise apporte désormais en temps réel aux forces commerciales projetées : les commerciaux de terrain. Au-delà de résultats chiffrés convaincants, il montrera les bénéfices perçus par les clients d’une transformation digitale qui a réellement aligné l’entreprise de bout en bout sur la satisfaction client.

La construction de l'inconcevable domination du hand français


En 1995, l’équipe de France masculine remportait son premier titre majeur en handball. Depuis, avec douze finales internationales disputées et onze titres, elle a marqué de son empreinte l’histoire du sport mondial et fait désormais figure d’épouvantail dans sa discipline. Du point de vue du management, cette longue domination a quelque chose d’inconcevable, tant la compétition de haut niveau est une affaire de détails infimes, tant le sport collectif est une question d’alchimie subtile entre des individus tous différents, et est, par nature, cyclique. Cette histoire collective a ainsi été écrite par plusieurs générations de joueurs et d’entraîneurs, ce qui semble en faire, plus qu’une machine à gagner, une machine capable de transcender les talents individuels au service d’une équipe. 

 

Fermes de Figeac, de la coopérative agricole à la fabrique de territoire


Aux confins du Lot et du Cantal, le territoire agricole de Figeac s’est délité au fil des ans. Isolement géographique relatif, crise favorisant les filières agro-industrielles au détriment des petites exploitations, départ des jeunes, tout concourt alors à une perte de valeur ajoutée croissante. Une petite coopérative agricole va cependant refuser cette spirale du déclin. Si un cluster industriel, la Mecanic Vallée, apporte de l’emploi, la coopérative va innover, créer du lien social, en promouvant les circuits courts alimentaires et en valorisant des produits locaux dans ses magasins. Les énergies vertes (solaire, bois local, éolien) deviendront source d’innovation et de projets collectifs. D’autres initiatives légitimes et cohérentes portées en commun verront bientôt le jour avec la création en 2015 du PTCE Figeacteurs : ouverture d’une crèche et d’une conciergerie avec les industriels, création d’un fablab avec l’IUT, etc. Les entreprises et les habitants se sont réapproprié leur territoire et l’ont revitalisé grâce à des démarches collectives et innovantes. Quant à la petite coopérative, elle est plus prospère que jamais !

 

Les entrepreneurs et intrapreneurs du changement


Associant l’efficacité économique des entreprises à l’utilité sociale des associations, les entrepreneurs du changement veulent concilier business et sens. Leurs initiatives contribuent à résoudre des problèmes de société. Certaines sont menées au sein d’entreprises existantes, dont elles développent les capacités d’innovation. En trois ans d’existence, Ticket for Change a touché 40 000 personnes dans 160 pays, permettant la création de plus de 300 projets dont 130 accompagnés individuellement et dans la durée, parfois en collaboration avec des entreprises comme Renault, Schneider Electric, Danone, Orange, Carrefour, Google ou Coca-Cola. Comment concilier rentabilité et impact positif ? Qui sont les entrepreneurs du changement ? Quelles sont leurs compétences ? Comment créer un mouvement dans son entreprise pour favoriser l’agilité, l’innovation et nourrir la recherche de sens ? Où cela peut-il marcher ? Quels écueils éviter ? Que peuvent y gagner les entreprises “classiques” ?

Nos dernières parutions

Prochaines séances - Tout voir

L'État <em>bottom-up</em>

Séminaire Économie et sens


Par

  • Jean-Baptiste AVRILLIER, Responsable du pôle Entreprises, emploi et économie ; commissaire au redressement productif, DIRECCTE Pays de la Loire
Savoir réformer

Séminaire Vie des affaires


Par

  • Jean-Paul BAILLY, Ancien président de la RATP et de La Poste, auteur de <em>Réformez ! par le dialogue et la confiance</em>
L’hôtellerie réinventée à l’heure du digital&nbsp;:  le monde selon Accor

Séminaire Transformations numériques


Par

Le printemps du design français

Séminaire Création


Par

Accéder à l'agenda

Le journal

Le pouvoir d'agir

  • -

N°126 | juillet/août 2017

Consulter les anciens numéros

L'Édito

Concilier compétitivité et solidarité

  • -

Edito du 17 mars 2017

Notre débat “L'inutilité, fléau moderne” a montré qu'il fallait concilier compétitivité et solidarité. 

Compétitivité pour faire en sorte que les productions de biens et services exposées à la concurrence internationale résistent à la pression, et même se développent. Elles sont en effet pourvoyeuses d'emplois directs et indirects et créatrices de richesses économiques. 

Solidarité, car les entreprises sont loin de pouvoir employer tout le monde. Il faut donc développer les productions de biens et services enracinées localement. On en connaît déjà : artisanat, commerce, TPE, administrations, services de santé, Économie sociale et solidaire, etc. Mais elles ne suffisent pas puisqu'il reste encore beaucoup d'inactifs. Si l'on veut éviter que l'inactivité menace la paix civile, il faut donc inventer de nouvelles solidarités et des mécanismes pour rendre finançables des activités utiles mais délaissées, comme dans l'opération territoires zéro chômeurs de longue durée. 

L'École de Paris se veut un lieu où les idées et les expériences nouvelles sont repérées et débattues. Elle a déjà abondamment montré, au rebours des idées reçues, qu'on peut être compétitif sans vivre en enfer et solidaire tout en étant efficace.  

Michel Berry

Lire la suite

Ouvrages

La course à l'innovation, la saga d'Antonio Molina

  • -

Par Luc Hossepied

À l’heure où la métropole lilloise et la nouvelle région des Hauts-de-France veulent s’affirmer comme territoires créatifs et innovants, au rendez-vous du développement durable et de la Troisième Révolution Industrielle, il est un patron – jusqu’ici discret – qui dit « Chiche ! » : Antonio Molina. Avec son programme Verem, il veut faire de la métropole lilloise la capitale mondiale des matériaux complexes. Président du groupe de peinture Mäder et du pôle de compétitivité Matikem, le pôle des matériaux, de la chimie verte et de l’innovation, Antonio Molina a un parcours professionnel atypique. Nous suivons ici son parcours sans faute, ses engagements, ses valeurs ; nous découvrons un ingénieur et un financier. Trop beau ? En acceptant la présidence du pôle Matikem, Antonio Molina veut y appliquer les recettes qui lui ont réussi dans le groupe Mäder : recherche, innovation, partenariat université / entreprise. Dans une région marquée par les mutations du xxe siècle, des hommes comme Antonio Molina sont précieux. Son programme Verem articule les enjeux de l’innovation, de la compétitivité et de l’équité territoriale. Tout ce qu’il aime !

 

Ouvrages

Prise de parole

1590 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Jean-Baptiste AVRILLIER

Responsable du pôle Entreprises, emploi et économie Commissaire au redressement productif, DIRECCTE Pays de la Loire

04 octobre 2017

L'État bottom-up

Jean-Paul BAILLY

Ancien président de la RATP et de La Poste, auteur de Réformez ! par le dialogue et la confiance

06 octobre 2017

Savoir réformer

Christophe NOWAK

Directeur du plan digital, AccorHotels

09 octobre 2017

L’hôtellerie réinventée à l’heure du digital : le monde selon Accor

Jean-Baptiste SOULETIE

Cofondateur de La Chance

10 octobre 2017

Le printemps du design français

Jean-Paul BATH

Directeur général de VIA

10 octobre 2017

Le printemps du design français