Les vertus de la transgression managériale


Hamid BOUCHIKHI

Professeur à l'ESSEC


John KIMBERLY

Professeur à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie

Séminaire Vie des affaires | vendredi 4 octobre 2013 - 9h30 - 12h

La sociologie des organisations a mis en évidence le caractère fonctionnel d’actes transgressifs commis par les travailleurs dans l’exécution de leurs tâches‚ alors que la transgression aux échelons supérieurs est considérée comme dysfonctionnelle. La recherche sur les actes transgressifs des dirigeants consiste essentiellement à étudier des actes illégaux ou contraires à l’éthique. Or, nous démontrent les orateurs, les dirigeants peuvent eux aussi se trouver dans des situations où de tels actes sont nécessaires pour provoquer le changement organisationnel. Parce qu’ils violent du sacré‚ ils doivent s’attendre à des représailles de la part de ceux qu’ils trahissent et en accepter les risques. Des exemples tirés de la religion‚ de la mythologie‚ de la politique et d’organisations modernes illustrent les antécédents‚ les procédés et les conséquences de la transgression. Un leader transgressif efficace est celui qui a réussi à survivre aux représailles et a construit du nouveau sacré sur les ruines de celui qu’il a violé.

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Sophie JACOLIN

Cette séance a été publiée dans le n°105 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé Inépuisables ressources humaines.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc