Quand l'expérience du CENTQUATRE-PARIS interroge les politiques culturelles


José-Manuel GONÇALVÈS

Directeur du CENTQUATRE-PARIS

Séminaire Création | mardi 10 septembre 2013 - 8h45 - 11h

Fabrique culturelle ? Friche institutionnelle ? Si le lieu suscite un intérêt croissant de grandes institutions françaises comme de journaux étrangers, nul ne sait le définir. L’établissement, installé par la ville de Paris sur le site des pompes funèbres municipales, prend vie ; le public répond présent ; les riverains se l’approprient. Discrètement, le CENTQUATRE-PARIS entre dans le palmarès des institutions culturelles françaises les plus fréquentées. Son inauguration en 2008 avait pourtant été suivie d’un calme plat. Un concept bien théorisé dans une architecture bien pensée ne fait pas une réussite. Ce credo conduisit José Manuel Gonçalvès à mettre en œuvre une démarche différente, fondée sur le doute, le questionnement permanent, l’expérimentation, qui se traduit notamment par un processus d’observation flottante par les salariés nourrissant des réunions quotidiennes. Ce qui se passe au CENTQUATRE-PARIS préfigure peut-être les lieux culturels et les politiques culturelles de demain.

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Sophie JACOLIN

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc