Fonder une start-up industrielle dès la fin de ses études ?


Clémentine GALLET

PDG de Coriolis Composites

Séminaire Management de l'innovation | mercredi 15 avril 2015 - 8h45 - 10h45

Fondée à Lyon en 2001 par trois ingénieurs passionnés de voile‚ c’est vers Lorient que Coriolis Composites met le cap en 2003. L’écosystème y est plus accueillant pour cette start-up développant une technologie automatisée pour la construction de coques de voiliers en matériaux composites. La genèse du projet‚ démarré à l’école en 1996‚ est longue et chaotique. Le fonds de développement économique lorientais offre une planche de salut aux fondateurs. Ils achètent leur premier robot et expérimentent leur technologie pendant deux ans. À sa sortie‚ le milieu nautique l’ignore, mais Airbus passe la première commande. La start-up décolle et Coriolis Composites est aujourd’hui une PME de plus de cent personnes. Elle s’est hissée parmi les leader mondiaux et fournit des robots à bon nombre d’usines aéronautiques à travers le monde‚ des pièces de moteurs pour Safran aux panneaux de fuselage de l’A350, en passant par la queue du CSeries de Bombardier au Canada‚ mais jamais un bout de voilier...

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Élisabeth BOURGUINAT

Cette séance a été publiée dans le n°117 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé Soulever des montagnes.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc