La R&D : un portefeuille d'options financières ?


Dominique JACQUET

Professeur à l’université de Paris X (Nanterre), Professeur invité à l’université d’Ottawa

Séminaire Management de l'innovation | mercredi 9 décembre 1998

Deux innovations de la finance, l’Economic Value Added et la théorie des options, peuvent renouveler profondément le dialogue entre les chercheurs, qui préparent les produits d’après-demain, et les financiers qui défendent l’entreprise auprès de ses actionnaires, donc vantent ses produits d’aujourd’hui ou de demain matin pour financer l’avenir. L’EVA, qui favorise la rentabilité immédiate au détriment des investissements de long terme, menace l’allocation de ressources à la recherche. En revanche, voir la recherche non plus comme une charge mais comme la constitution d’un portefeuille d’options permet aux chercheurs de valoriser autrement leur activité auprès des financiers : dans la théorie des options, l’incertitude est source de richesse ; aussi analyser des résultats de recherche comme des options favorise les recherches dont les éventuelles applications industrielles sont à la fois les plus aléatoires et les plus prometteuses.

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Pascal LE MASSON

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc