La saga Chausson, ou la réinvention de la fermeture d'une usine


Jean-Pierre AUBERT

DIRD (Délégation interministérielle aux restructurations de défense)


Bernard MASSÉRA

Ancien responsable du Comité central de Chausson

Séminaire Vie des affaires | vendredi 6 avril 2001

On ne peut laisser fermer l’entreprise Chausson ! C’est par cette déclaration qu’un futur Président de la République en campagne électorale implique l’État dans ce qui est, en 1995, une saga qui dure depuis douze ans. C’est là que prend forme la mission de Jean-Pierre Aubert, qui devra agir comme médiateur de l’État pour l’usine de Creil dans un contexte de plus en plus explosif. Sur le plan industriel, l’usine de Creil est le dernier élément d’une entreprise qui comptait 17 000 personnes et a été reprise conjointement par Renault et Peugeot pour être démantelée petit à petit. Sur le plan social, après douze années de liquidation progressive, le dépôt de bilan a engendré une grande dynamique unitaire du personnel avec un sentiment de trahison et de revendications sociales virulentes. Pour Jean-Pierre Aubert, la mission consistera à réinventer le rôle de l’État dans des affaires qu’il n’a pas les moyens d’empêcher…

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Thomas PARIS

Cette séance a été publiée dans le n°32 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé L'entreprise et la cité.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc