Le modèle Hervé Thermique, ou la flexibilité sans précarité


Michel HERVÉ

PDG d'Hervé Thermique


Alain d’ IRIBARNE

Directeur de recherche au CNRS

Séminaire Vie des affaires | vendredi 6 janvier 2006 - 9h30 - 12h

Comment associer la flexibilité, qui permet à l’entreprise de répondre à l’évolution rapide du marché, et la stabilité des emplois ? Le modèle capitaliste classique, qui dissocie les apporteurs de capitaux des apporteurs de travail, fonde la performance sur la précarité des emplois. Un tel choix est jugé acceptable aux États-Unis et inadmissible en France. Le modèle coopératif privilégie la stabilité des emplois, parfois au détriment de la flexibilité, et il reste peu répandu. Entre les deux, le modèle patrimonial associé à une tradition fouriériste ou saint-simonienne semble à même de relever le défi. C’est ce qu’illustre le cas de Hervé Thermique : en s’appuyant sur la vision à long terme d’un unique actionnaire et en donnant une large place à l’intrapreneuriat et à une démocratie fondée sur un intranet très développé, l’entreprise s’est assuré depuis trente ans un développement régulier dans un secteur difficile, et ce avec un faible turn-over. Recette miracle ou trompe-l’œil ?

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Élisabeth BOURGUINAT

Cette séance a été publiée dans le n°60 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé Esthétique et management.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc