L’agriculture ultratechnologique, un avenir pour la ruralité ?


Daniel CARLIER

Agriculteur au sein du groupe CERES


Philippe PERRIER-CORNET

Directeur de recherche à l’INRA

Séminaire Entrepreneurs, villes et territoires | mercredi 9 mai 2007 - 8h45 - 10h45

Daniel Carlier, céréalier en Champagne berrichonne, pratique depuis quatre ans l'assolement en commun sur trois mille hectares avec neuf autres agriculteurs. Outre l'organisation du partage des moyens fonciers, matériels et humains, ce groupe a décidé de pratiquer une agriculture ultratechnologique et attentive à l'environnement. L'extrême automatisation alliée à une connaissance approfondie de chaque parcelle permet d'obtenir le meilleur rendement au moindre coût. Ce nouveau modèle économique permettra de faire face à la diminution probable des subventions agricoles et de rester concurrentiel sur les marchés mondiaux. Mais quelles incidences le développement de ce mode de travail aura-t-il sur la ruralité et l'aménagement du territoire ? Philippe Perrier-Cornet resitue ce type d'organisation dans le cadre plus large de la vie des espaces ruraux. Selon lui, il y a aussi de la place pour d'autres formes de production, davantage tournées sur les identités locales et la différenciation des produits.

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Loïc VIEILLARD-BARON

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc