Citoyenneté : la percée du général des banlieues


Emmanuel de RICHOUFFTZ

Ancien adjoint du gouverneur militaire de Paris, , Chargé de mission à la direction de l'emploi, GDF SUEZ

Séminaire Vies collectives | jeudi 11 décembre 2008 - 9h - 11h30

En 2004, le général Emmanuel de Richoufftz, adjoint au gouverneur militaire de Paris, se soucie du lien entre la nation et l'armée. Le cas des banlieues lui paraît grave, car trop de jeunes ne s'y sentent plus guère français. Pour créer un sentiment d'appartenance, il veut agir sur trois facteurs : la maîtrise de la langue, l'accès à l'emploi et la référence à l'histoire. Il lance un projet : permettre à des jeunes d'obtenir, au terme de six mois de formation, le permis de conduire et un emploi. Outre les leçons de code et de conduite, la formation comprend l'apprentissage de la langue, du sport, des stages en entreprises, dix jours de préparation militaire, des actions citoyennes… Les jeunes sont également initiés à l'histoire de l'armée d'Afrique pour découvrir le rôle joué par leurs parents et grands-parents dans l'histoire de France. Les résultats sont exceptionnels et, lors des émeutes de 2005, les médias vantent l'action du “général des banlieues”. Après avoir quitté l'institution militaire, en 2008 il renouvelle l'opération en tant que civil.

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Élisabeth BOURGUINAT

Cette séance a été publiée dans le n°77 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé Fiertés locales.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc