Comment transmettre un patrimoine séculaire sans perdre son esprit séculier ?


Denise BAUMANN

Sœur de la Charité de Strasbourg


Marie-Hélène GILLIG

Présidente de la Fondation Vincent de Paul

Séminaire Entrepreneurs, villes et territoires | mercredi 6 avril 2011 - 8h45 - 10h45

Depuis 1734 les sœurs de la Charité œuvrent en Alsace au service de l'homme souffrant, dans la ligne spirituelle de Saint Vincent de Paul. À la fin du XXe siècle, elles entreprennent sous la conduite de sœur Denise Baumann une importante démarche de discernement pour trouver la bonne modalité de transmission de leur spiritualité et de leur patrimoine (hôpitaux, maisons de retraite, maisons d'accueil pour les jeunes en difficulté) à des chrétiens laïcs qui auront mission de les faire vivre dans une culture profondément sécularisée. Le choix se porte sur la création d'une fondation. Après une dizaine d'années de rodage, la présidence du conseil d'administration vient d'en être confiée à une laïque expérimentée, Marie-Hélène Gillig. Prenant acte du poids normalisateur de la puissance publique dans le secteur médicosocial, elle s'interroge modestement sur l'apport de la spécificité chrétienne aujourd'hui : un surcroît d'attention à la personne humaine et de force d'innovation ?

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Loïc VIEILLARD-BARON

Cette séance a été publiée dans le n°93 du Journal de l'École de Paris du management, intitulé Des métiers et des coeurs qui battent.

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc