Pourvu qu'on ait le flacon... Le vin perd-il son âme ?


Éric GOETTELMANN

Chef sommelier exécutif, Groupe Bernard Loiseau

Séminaire Création | mardi 8 novembre 2011 - 9h30 - 11h45

horaires inhabituels
Tanin, acidité, moelleux… Lorsqu'un sommelier goûte un vin, il a une approche très technique, il “met dans des cases”. Et parfois, il est pris par surprise. Toute économie de la création repose sur un équilibre entre une logique d'artisanat, de passion, d'intuition, et une logique de rationalisation. Cet équilibre est en passe d'être fragilisé dans le vin par l'arrivée de la grande consommation et du luxe : d'un côté, de gros faiseurs qui rachètent des grands terroirs, de l'autre, de grands groupes qui veulent reprendre des perles rares. Les premiers cherchent à codifier la production pour la rendre lisible ; les seconds à valoriser des noms exceptionnels en s'efforçant de réduire l'influence des aléas propres au monde du vin. Standardisation, codification, valorisation : le singulier et l'exceptionnel peuvent-ils résister aux logiques économiques qui déferlent sur le vin ?

Le compte rendu de ce séminaire a été rédigé par :

Sophie JACOLIN

Les cookies Google Analytics
Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous interesse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnements. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc