Who are we ?



Comprendre le monde pour le changer

L'École de Paris du management, créée en 1993, est une institution unique en son genre, dans laquelle chercheurs et praticiens dialoguent selon des modalités assurant l'ouverture des débats et la qualité orale et écrite des travaux. Si ces échanges sont dégagés de préoccupations de court terme, cette démarche répond à un enjeu de long terme : faire évoluer les perceptions des acteurs, des chercheurs et de l'opinion publique en ce qui concerne la conduite des affaires privées et publiques.



Cultiver le dialogue

Elle organise pour cela des rencontres, chacune préparée comme un événement dans lequel le thème, l'orateur et le public s'accordent pour contribuer à un apport original au management : exposé sur les développements théoriques nouveaux, témoignage d'un praticien sur une aventure qui a particulièrement sollicité ses talents, etc.

« L'orateur apprend autant
qu'il apporte. »

Henri Lagarde

« Le débat de l'École de Paris
est une marque d'estime à
l'égard de l'orateur et une
construction de l'événement. »

Claude Riveline



Diffuser les idées

Chaque rencontre fait l'objet d'un compte rendu rédigé avec soin afin que ceux qui n'ont pas pu assister aux échanges en aient une trace fidèle. Ces comptes rendus sont diffusés par Le Journal de l'École de Paris, Les Annales de l'École de Paris et le web. Depuis sa création l'École a entendu plus de 1000 orateurs, dirigeants ou exécutants, membres d'entreprises, d'organismes publics ou d'associations, chercheurs français ou étrangers, etc. Plus de 1 500 personnes par an assistent à au moins une réunion et plusieurs centaines suivent les cycles avec assiduité.

« Avoir une bonne plume et
beaucoup d'écoute, être modeste
pour restituer ce que dit
l'orateur et avoir l'orgueil
d'être un auteur. »

Michel Berry



Les cycles d'échanges et de débats

Les travaux sont organisés en plusieurs cycles, d'un public limité chacun à une vingtaine de personnes, sauf pour les soirées-débat auxquelles assistent de 150 à 200 personnes.

  • Le séminaire Transformations numériques (créé en 2016 en collaboration avec Cap Digital), a pour but d'éclairer sur la question du passage au numérique des organisations.
  • Le séminaire mensuel Vie des affaires (créé en 1989) examine les modalités nouvelles de management face à l'accélération, la dématérialisation et l'internationalisation de la vie des affaires.
  • Le séminaire mensuel Ressources technologiques et innovation (créé en 1997) réunit des responsables de R&D confrontés à la nécessité de repérer et de mobiliser rapidement les compétences dispersées dans l'entreprise et en dehors d'elle.
  • Le séminaire Création (créé en 2005) étudie les dispositifs qui contribuent à définir des environnements propices tant à l'expression des talents personnels qu'au dynamisme créatif, dans l'ensemble des activités de création.
  • Le séminaire Économie et sens (créé en 2011), organisé en collaboration avec le Collège des Bernardins, étudie les manières dont s'articulent efficacité et vie sociale dans les entreprises, les associations, les organismes coopératifs, etc.
  • Le séminaire Aventures industrielles (créé en 2013), organisé avec l'appui de l'UIMM et de la Fabrique de l'industrie, fait des gros plans sur les réussites de PME et d'entreprises de taille intermédiaire, afin d'explorer les ressorts des succès qu'on observe dans tous les secteurs, même ceux en déclin.
  • Cinq soirées-débat annuelles Les Invités de l'École de Paris (créées en 1994) sont ouvertes à un large public pour aborder sous un angle inhabituel un problème d'actualité, ou pour débattre de l'œuvre d'un auteur établi.
  • Le séminaire mensuel Entrepreneurs, villes et territoires (créé en 2001) étudie la façon dont le développement des entreprises s'ancre dans le local, et les facteurs qui favorisent le développement des territoires.
  • Le séminaire Managements et cultures d'entreprises (de 2008 à 2012) a étudié la façon dont, au jour le jour, des façons de faire et de penser dialoguent, se confrontent ou s'affrontent lors de négociations, de la réalisation de projets, ou dans la vie d'équipes multiculturelles.
  • Le séminaire mensuel Vies collectives (de 1997 à 2011) a étudié les processus par lesquels les personnes trouvent leur identité à travers les activités auxquelles elles participent, dans ou hors de l'entreprise.
  • Le cycle des Confidences (de 1993 à 2003) a permis à des invités de témoigner sur des aspects méconnus de leur pratique de management.
  • Le séminaire mensuel Crises et mutations a étudié (de 1994 à 1996) la façon dont les organisations publiques et privées ont organisé et surmonté des changements, parfois brutaux, pour faire face à la pression de leur environnement.
  • Le séminaire mensuel Fonctionnaires a examiné (en 1998 et 1999) les pratiques de gestion des personnels de l'État et des services publics, pour dégager des principes de gestion de l'emploi public permettant de surmonter les obstacles souvent énoncés.
  • Le séminaire bimestriel Enseignement de la gestion (Gresup) a porté (de 1992 à 2001) un regard critique sur les méthodes d'enseignement de la gestion et la formation des enseignants.