• Renault, pioneer of the electric car : is this a real competitive advantage?

    Wednesday may 16, 2018 | 8h45 - 10h45 Seminar Technological resources and innovation

    In 2009, Renault may have seemed to be taking a considerable risk when it launched its electric vehicle programme. Nearly ten years later, market signals, changes in technology, as well as environmental pressure and consumer taste have justified this strategy. The programme has even changed direction, accelerating production in order to benefit from its situation as a corporate ‘first mover’ (in other words, a company making inroads into a new market) and its new status as a major sector within the Renault Group in terms of volume and profitability. As Renault is writing this new chapter in its history, it is interesting to reflect on the choices it made and the initial lessons which were learned. We will discuss how quickly the market will now progress and under what conditions; and whether new rival companies will catch up with the trailblazers who fully intend to remain leaders in their sector.

  • Changing the pattern of mobility : another digital battle

    Will the autonomous car of the future look anything like the way in which it is portrayed in science fiction films, namely a very comfortable sitting room or a mobile office, speeding along roads in complete safety? Some people thought this would be the case, but others, such as Google and Uber, are now imagining that it will be different. Abandoning the dream of a universal, driverless vehicle, they are working on less spectacular versions, but ones whose numerous advantages could hasten their implementation. The emergence of private or collective driverless robot taxis (also known as Personal Rapid Transit or podcars), limited to strictly defined environments, would be an ideal solution in cities which are saturated with passenger cars. These robot taxis would reduce problems (such as pollution and noise), lower the number of accidents, ease traffic flow, and encourage intermodal networks. Consequently, alongside already well-advanced technical solutions, the ability of politicians to reconsider urban space and mobility in a different way will play a key role in this radical transformation.

Our last reports - More

English translation

Renault, pioneer of the electric car : is this a real competitive advantage?


In 2009, Renault may have seemed to be taking a considerable risk when it launched its electric vehicle programme. Nearly ten years later, market signals, changes in technology, as well as environmental pressure and consumer taste have justified this strategy. The programme has even changed direction, accelerating production in order to benefit from its situation as a corporate ‘first mover’ (in other words, a company making inroads into a new market) and its new status as a major sector within the Renault Group in terms of volume and profitability. As Renault is writing this new chapter in its history, it is interesting to reflect on the choices it made and the initial lessons which were learned. We will discuss how quickly the market will now progress and under what conditions; and whether new rival companies will catch up with the trailblazers who fully intend to remain leaders in their sector.

English translation

Changing the pattern of mobility : another digital battle


Will the autonomous car of the future look anything like the way in which it is portrayed in science fiction films, namely a very comfortable sitting room or a mobile office, speeding along roads in complete safety? Some people thought this would be the case, but others, such as Google and Uber, are now imagining that it will be different. Abandoning the dream of a universal, driverless vehicle, they are working on less spectacular versions, but ones whose numerous advantages could hasten their implementation. The emergence of private or collective driverless robot taxis (also known as Personal Rapid Transit or podcars), limited to strictly defined environments, would be an ideal solution in cities which are saturated with passenger cars. These robot taxis would reduce problems (such as pollution and noise), lower the number of accidents, ease traffic flow, and encourage intermodal networks. Consequently, alongside already well-advanced technical solutions, the ability of politicians to reconsider urban space and mobility in a different way will play a key role in this radical transformation.

Our last reports

L'édito

De routine en chaos

  • -

Edito du 18 mars 2019

Le dérèglement d’un système social est un thème classique de la littérature et du cinéma. Un étranger arrive dans la ville, une erreur administrative se produit dans une bureaucratie extrême, une bouteille de Coca Cola tombe du ciel au milieu d’une tribu primitive coupée du monde… et un monde qui paraissait harmonieux entre dans un état de perturbation qui en menace l’équilibre, voire la survie.

Sont présentées ici des variations de ce thème dans des contextes d’organisations. Pour Total, l’élément perturbateur est l’inversion des cours du brut à partir de 2005. Dans l’histoire racontée par Laurent Pellegrin, il s’agit de l’arrivée en préfecture d’un cadre doté d’un goût pour le commandement éprouvé en compagnie de gendarmerie. Un robot de soudure fut introduit chez CFT Industrie, TPE spécialisée dans le cintrage et l’assemblage de fils, tubes et tôles. Le monde de l’agriculture est perturbé d’abord par une évolution des mentalités, des comportements, des attentes, ainsi que par des fluctuations de marché ; il l’est ensuite par l’introduction de nouvelles technologies pour répondre à ces enjeux. Dans le jeu vidéo, enfin, la perturbation est permanente, les technologies évoluant sans cesse.

Dans la littérature, l’élément perturbateur peut être perçu comme maléfique ou bénéfique, le système dans lequel il intervient se révélant en négatif comme réellement harmonieux ou au contraire totalement oppressant. Cette ambiguïté n’est sans doute pas pour rien dans la tendance insidieuse qu’ont les organi­sations à chercher la régularité, à se doter de routines... Il y a quelque chose de confortable à un monde réglé comme du papier à musique, sans fausse note possible, mais sans aucune possibilité de nouveauté, de surprise, d’écart, d’adaptation.

Dans la vie des organisations, le confort a une connotation négative. Il sous-entend assoupissement, parfois sclérose. Au début de l’histoire racontée par son PDG Patrick Pouyanné, Total vit confortablement et les règles et outils construits pour évoluer dans ce contexte coupent l’entreprise du réel. Le monde que découvre Laurent Pellegrin en arrivant dans la préfecture de Tulle « vit sur un mode assez consensuel et il ne se passe pas grand-chose ». La fonction publique, empire de la régularité, pose la question de sa mise en mouvement.

Sans licencier, Total est devenue la plus rentable des cinq majors pétrolières. Les services publics se sont mis en mouvement au passage de Laurent Pellegrin. Le robot de CFT Industrie a entraîné une trans­formation complète de l’entreprise, au point qu’elle pourrait revendiquer le qualificatif d’entreprise libérée. L’agriculture se réinvente, elle devient frugale et précise. Et Ubisoft continue à s’approprier les technologies disruptives pour enrichir ou faire évoluer ses propositions dans le divertissement.

Hors des règles, le chaos ! C’est en tirant parti de ce chaos que Patrick Pouyanné a relancé Total. Car les épisodes chaotiques de la vie des organisations peuvent permettre de remettre à plat leurs règles, de remobiliser les acteurs, les sortir d’un certain confort, leur permettre de redonner un sens, de retrouver curiosité et goût de l’apprentissage. De redonner vie.

À la fin de l’histoire, dans la littérature, l’étranger est parti ou s’est installé. L’erreur administrative a été réparée, ou ne l’a pas été. Le corps étranger a été éjecté, ou absorbé. Dans tous les cas, un nouvel équilibre s’est installé, un nouvel ordre social. Le calme est revenu, pour le meilleur… En attendant un prochain chaos peut-être salvateur.

Thomas Paris

Édito du Journal de l'École de Paris du management n°136

Read more

Upcoming sessions - More

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Séminaire Economy and meaning


By

  • Alain JEAN, Ex-conseiller municipal de Moissac, inventeur du système Rézo Pouce
  • Antoine HÉRON, Président de l’ICDD (Innovation citoyenne au service du développement durable)
  • Jaouad ZEMMOURI, Chef d'entreprise et professeur à l’université de Lille, inventeur du procédé Terraosave
La formation par correspondance réinventée

Séminaire Digital transformations


By

The Conversation, phare dans la nuit médiatique ?

Séminaire Creation


By

Access the calendar

Le journal

De routine en chaos

  • -

N°136 | mars/avril 2019

Read previous issues

Our publications

Rage d'exister

  • -

By Philippe Aubert et Sophie Jacolin

« Aujourd’hui, je prends la parole avec ce livre. Je prends la parole, pourtant jamais je n’ai prononcé le moindre mot.

De moi, on ne comprend de prime abord que le rire – je n’en suis pas avare – et, pour peu qu’on y prête attention, mes enthousiasmes et mes refus. Pour le reste, mes interlocuteurs doivent s’armer de patience et me décrypter lettre après lettre, mot après mot. Certains maîtrisent mon code : l’épellation.
Avec les autres, je coiffe ma “licorne”, un casque doté d’une antenne grâce à laquelle je parviens, au prix d’efforts, à désigner des lettres sur un panneau fixé devant mon fauteuil.

Je m’appelle Philippe Aubert, j’ai 37 ans et je suis invalide moteur cérébral athétosique – quatre mots auxquels on voudrait souvent réduire mon identité. En d’autres termes, je suis rivé à un fauteuil et j’ai besoin d’aide pour le moindre geste de la vie quotidienne : me lever, me coucher, me nourrir, faire ma toilette, lire, écrire, aller au cinéma, boire un verre avec des amis, voyager… Ceci est mon histoire, mon combat, l’expression de ma rage d’exister ! » – Philippe Aubert

 

Ce livre est né d'une séance marquante du séminaire Économie et sens, « Je serai un homme », qui nous fit découvrir le destin hors du commun de Philippe Aubert et Jackson Sintina.

 

Our publications

Prise de parole

1678 orateurs sont intervenus depuis la création des séances de l'École de Paris. Voici un aperçu de nos prochains invités :

Landry MAILLET

PDG d’ABCM

March 21, 2019

ABCM mise sur la robotique et l'autonomie des opérateurs

Antoine HÉRON

Président de l’ICDD (Innovation citoyenne au service du développement durable)

April 3, 2019

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Alain JEAN

Ex-conseiller municipal de Moissac, inventeur du système Rézo Pouce

April 3, 2019

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Jaouad ZEMMOURI

Chef d'entreprise et professeur à l’université de Lille, inventeur du procédé Terraosave

April 3, 2019

Bonnes nouvelles de l'innovation citoyenne

Éric PETCO

Président de Skill&You

April 8, 2019

La formation par correspondance réinventée

Google Analytics cookies
This site uses cookies from Google Analytics, these cookies help us to identify the content that interests you the most and to identify certain malfunctions. Your navigational data on this site is sent to Google Inc.