Claude HENRY

Professeur à l’université Columbia, Président du Conseil scientifique de l’IDDRI (Institut du développement durable et des relations internationales) - Sciences Po


David MARCHAL

Chef adjoint du service réseaux et énergies renouvelables de l’ADEME


François MOISAN

Directeur exécutif de la stratégie, de la recherche et de l’international,, Directeur scientifique de l’ADEME


Didier ROUX

Membre de l’Académie des sciences, Président du conseil scientifique de l’ADEME


Bernard TAMAIN

Physicien, Membre de l’association Sauvons le climat

Seminar Business life | Friday January 08, 2016 - 9h30 - 12h

À l’approche de la COP21, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a souhaité examiner la possibilité de mettre en place, en France et à l’horizon 2050, une production d’électricité s’appuyant à 100 % sur des ressources renouvelables. Une première version de l’étude a fuité dans la presse et a fait l’objet de nombreuses controverses. La version définitive a été publiée en octobre 2015, mais l’association Sauvons le climat continue à contester une grande partie de ses conclusions, que ce soit en matière de prévision de la consommation, de gestion de l’intermittence, de stabilité du réseau ou encore de coûts. Elle considère que le recours au nucléaire restera indispensable si l’on veut lutter efficacement contre le changement climatique. De son côté, Claude Henry estime que le temps de l’expansion du nucléaire est révolu (sauf en Chine et en Inde) et que les énergies renouvelables laissent présager une révolution technique et organisationnelle comparable à celle qu’a représentée l’invention du transistor…

The entire article was written by:

Élisabeth BOURGUINAT